Signer en ligne Le sort de la Syrie doit aussi être entre les mains des femmes

Exprimez votre solidarité avec les femmes syriennes qui demandent plus de participation dans les prises de décisions politiques pour un meilleur futur pour la Syrie.

Si les dirigeants mondiaux veulent voir en Syrie un avenir sans violence sexiste et sans discrimination systémique en Syrie, ils doivent écouter les personnes les plus concernées par ces problématiques.

Depuis le début de la crise syrienne, en 2011, les femmes sont très affectées par le conflit, elles subissent de multiples violations de leurs droits fondamentaux et atteintes à ces droits, notamment des détentions arbitraires, des disparitions forcées, des enlèvements et des violences liées au genre, aux mains des autorités syriennes et d’autres parties au conflit.

Les femmes syriennes ont été considérablement écartées des décisions politiques, et notamment des négociations de paix débutées en 2011. Cela signifie qu’elles ne peuvent s’exprimer publiquement sur leurs expériences ou prendre position de façon influente dans les discussions qui impactent leur vie de tous les jours.

Mais ces activistes sont inquiètes : le manque de participation des femmes au niveau local, national et régional pourrait avoir des effets désastreux sur l’avenir des droits humains, surtout ceux des femmes et des filles. C’est pourquoi des femmes syriennes, de différents horizons et classes sociales, se placent comme responsables de leur communauté et s’organisent autour d’une promesse : les voix des femmes prendront part aux processus qui visent à protéger tous les Syriens.

“Nous avons été déplacées, traitées de façon injuste et avons perdu des proches. Cela nous a beaucoup affectées. Mais contrairement à avant, je me rend compte que je suis capable de prendre des décisions. Je ne serai pas absente.” - Ruqayyah

Parce qu’il est temps que ces femmes soient entendues dans les processus qui dessinent l’avenir de leur pays, témoignez-leur de votre solidarité !

Toutes les infos
Toutes les actions

Hong Kong : gazés, agressés et arrêtés pour avoir manifesté

Violences policières lors de manifestations à Hong Kong. Amnesty estime qu’il s’agit de violation du droit international. Signez notre pétition !