Signer en ligne Marathon des lettres : Assurez le droit au logement de Nasu

Nasu Abdulaziz est un fervent amateur de football. Il aime aussi faire du vélo ; des loisirs normaux pour un jeune au Nigeria. Mais sa situation est loin d’être normale. Actuellement, il se bat pour son droit à un logement.

Alors qu’il avait 23 ans, un âge auquel il aurait dû profiter de la vie, des hommes avec des pistolets et des bulldozers sont arrivés sans préavis à Otodo Gbame, un quartier de Lagos, la mégapole nigériane. Sur ordre du gouvernement, ils s’en sont pris aux logements de ce quartier centenaire, démolissant et incendiant des maisons, tirant sur des familles, détruisant des moyens de subsistance.

Des expulsions forcées ayant coûté la vie des habitants d’Otodo Gbame

En 2017, la nuit précédant l’expulsion finale, Nasu a été blessé par balle au bras par des voyous. Le lendemain, l’unité spéciale de l’État de Lagos a fait irruption dans le quartier, tirant sur les habitant·e·s et les aspergeant de gaz lacrymogène. Pris de panique, les habitant·e·s se sont enfuis ; certain·e·s ont sauté dans la lagune et se sont noyés. Neuf personnes ont, semble-t-il, été tuées, et on est toujours sans nouvelles de 15 autres personnes.

Au bout du compte, 30 000 personnes se sont retrouvées sans abri, contraintes à vivre sur des pirogues, sous des ponts ou chez des proches. Nasu a lui aussi perdu son logement, mais il garde espoir. Il a rejoint la Nigerian Slum / Informal Settlement Federation (en français Fédération nigériane des bidonvilles/ quartiers informels), un mouvement populaire constitué de personnes qui, comme lui, lutteront jusqu’à ce que leur droit à un logement se concrétise.

Demandez au Nigeria de protéger le droit de Nasu à un logement.

Toutes les infos
Toutes les actions

Violences faites aux femmes : la Belgique doit respecter ses obligations

En Belgique, les femmes subissent encore de nombreuses violences. Signez pour demander au gouvernement belge et aux entités fédérées à assurer un profond changement de pratiques.