Brésil : Donnez-leur un carton jaune

Manifester n’est pas un crime. Les préparatifs de la Coupe du monde ont déclenché des manifestations et actions de protestation publiques de grande ampleur, auxquelles la police a réagi en recourant à la force, et dans certains cas à des armes « sublétales » telles que le gaz lacrymogène et les balles en caoutchouc. Il est possible que ces actions se poursuivent dans les semaines à venir et le Congrès brésilien envisage actuellement de nouvelles lois qui permettraient de sévir contre les manifestants. Par ailleurs, une règlementation inadaptée et des formations insuffisantes au maintien de l’ordre lors de ces actions font redouter que de nouveaux manifestants soient blessés en raison d’un recours excessif à la force de la part de la police. Tout le monde a le droit de manifester pacifiquement – d’exercer ses droits fondamentaux à la liberté d’expression et de réunion pacifique –, et les autorités brésiliennes ont le devoir de veiller à ce que cela soit possible. C’est pourquoi nous donnons un carton jaune au gouvernement brésilien ! Ensemble nous pouvons user de notre liberté d’expression pour lui adresser un avertissement. Joignez-vous à nous et passez à l’action.

Complément d’informations

13 juin 2013, São Paulo : un photographe a été touché par une balle en caoutchouc alors qu’il couvrait les manifestations et a perdu un oeil.

17 et 20 juin 2013, Rio de Janeiro : la police a utilisé du gaz lacrymogène contre des manifestants dans des espaces clos, notamment des hôpitaux, des stations de métro et des restaurants.

21 juin 2013, Belem : selon la presse, une balayeuse municipale âgée de 51 ans est morte un jour après que des policiers ont semble-t-il pulvérisé du gaz lacrymogène à l’intérieur du local où elle s’était réfugiée avec d’autres personnes durant une manifestation.

15 octobre 2013, Rio de Janeiro : la police a recouru à une force injustifiée contre des enseignants manifestant de manière pacifique, et en a arrêté 200 environ.

25 janvier 2014, São Paulo : des policiers ont lancé des grenades lacrymogènes, tiré des balles en caoutchouc et donné des coups de matraque à plusieurs manifestants qui s’étaient réfugiés dans un hôtel. Un étudiant de 27 ans, a été agressé par deux policiers ; il a été victime de plusieurs fractures et a perdu quatre dents.

22 février 2014, São Paulo : la police a encerclé des manifestants non violents en usant de la technique connue sous le nom de « Hamburger Kessel » ou « kettling », avant de conduire des dizaines d’entre eux au poste.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

L’avortement est un droit. Parlementaires de Belgique, changez la loi !

L’avortement est un droit humain et un soin de santé essentiel pour toute personne pouvant être enceinte. Ceci sonne comme une évidence ? Et bien, ce n’est pourtant pas encore une réalité en (…)

2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit