Mise en oeuvre des recommandations de la commission Turkel

Les forces de sécurité israéliennes ont fait preuve d’un mépris criant pour la vie humaine en tuant des dizaines de civils palestiniens, dont des enfants, en Cisjordanie occupée au cours des trois dernières années, et ce dans une impunité quasi-totale, écrit Amnesty International dans le rapport qu’elle a publié jeudi 27 février. Notre article en rapport sur Amnesty.be. Voir également l’action : "La gâchette facile" : l’utilisation par Israël d’une force excessive en Cisjordanie Le 6 Février 2013, la Commission publique pour examiner l’incident maritime du31 mai 2010 a proposé des modifications quant à la manière dont Israël mène ses enquêtes sur les violations du droit international humanitaire . Cette commission, connue comme la Commission Turkel ( Jacob Turkel est un juge à la retraite de la Cour suprême) a été créé par le gouvernement israélien comme un moyen de détourner la critique internationale à la suite d’un raid de l’armée israélienne dans la Méditerranée en mai 2010 qui a causé la mort de neuf civils turcs. Le 5 Janvier 2014, le gouvernement a créé un autre comité, cette fois pour étudier comment mettre en œuvre les recommandations de cette commission Turkel. Deux des cinq membres de ce comité, dirigé par le Dr Joseph Ciechanover, sont de l’armée. Ils doivent présenter leurs conclusions au Premier ministre le 5 Octobre 2014. A ce moment, le gouvernement israélien sera contraint par le comité de prendre attitude à l’égard des recommandations explicites.

La position d’Amnesty International est de soutenir les recommandations Turkel, parce que même si elles ne sont pas entièrement satisfaisantes, si elles sont appliquées, elles amélioreront la responsabilisation d’Israël par rapport aux normes internationales. Il y a une coalition d’ONG en Israël qui font pression pour que le gouvernement mette en œuvre ces recommandations, et Amnesty International Israël en fait partie. Ils nous ont fait savoir qu’il les soutiendra si les recommandations Turkel sont soutenues au niveau international. Si cette pression n’est pas exercée, il y a un risque que le gouvernement traîne les pieds tout en « capitalisant » sur l’image positive d’avoir créé une commission comme Turkel.

Notre stratégie est de relier les changements proposés par la Commission Turkel à d’autres situations pour lesquelles ces changements sont nécessaires : l’ impunité continue pour les meurtres de civils, en prenant d’abord comme exemples ceux tués en Cisjordanie et rappelant plus tard l’impunité pour les homicides illégaux des civils dans la bande de Gaza. Le modèle d’une force excessive et inutile contre les manifestants en Cisjordanie, en particulier, peut obliger les alliés d’Israël en Europe et en Amérique du Nord à soulever des inquiétudes, en raison de la violation concomitante du droit à la liberté de réunion . Amnesty International peut alors offrir une solution à ces préoccupations : Israël doit mettre en œuvre les recommandations Turkel dès que possible, afin d’établir un moyen de dissuasion contre l’utilisation excessive de la force (« la gâchette facile ») qui se traduit par des meurtres et de blessures graves, ainsi que pour veiller à ce que les victimes obtiennent justice , vérité et réparation. Pour les gouvernements européens et nord-américains, cette solution est politiquement préférable à la solution de la compétence universelle ou embargo sur les armes (bien que nous soutenions ceux-ci, évidemment).

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Exigez un cessez-le-feu de toutes les parties pour faire cesser les souffrances des civils

L’escalade sans pareille des violences opposant Israël au Hamas et d’autres groupes armés a eu des conséquences dévastatrices pour les civils. Le nombre de morts est sans précédent. (...)

2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit