Arabie Saoudite. Stop à l’incessante répression des militants de l’ACPRA

L’Association saoudienne pour les droits civils et politiques (ACPRA), l’une des rares associations de défense des droits humains, mais non autorisée, a été fondée en octobre 2009. Elle s’est rapidement imposée comme le principal critique du gouvernement, faisant pacifiquement campagne pour les droits humains et plus particulièrement pour les prisonniers et détenus politiques. Cependant, depuis 2011, les autorités saoudiennes ont réprimé sans relâche toute forme de liberté d’expression et d’association. Les membres de l’ACPRA ont été, les uns après les autres, suivis et harcelés, arrêtés, interrogés et jugés pour des accusations absurdes qui ne sont pas clairement définies par la loi.

Jusqu’à ce jour, à la suite de procès inéquitables, six des 11 membres de l’ACPRA ont été condamnés à des peines de prison sévères allant jusqu’à 15 ans de prison, accompagnées d’interdiction de voyager pour la même durée. Les accusations imprécises sur base desquelles les militants ont été condamnés comprennent la « rupture d’allégeance au souverain », la « création d’une organisation non agréée » et la « diffusion de fausses informations à des groupes étrangers », tels qu’Amnesty International. Parmi ces six membres, trois purgent actuellement leur peine et trois autres sont détenus dans l’attente d’un appel. Les cinq autres sont soit détenus sans inculpation ni jugement, soit sont en liberté en attendant le résultat d’un jugement ou d’appel. Les membres emprisonnés continuent d’être victimes de harcèlement et de mauvais traitements, deux d’entre eux ont par ailleurs indiqué qu’ils avaient été torturés en détention.

L’ACPRA a été fermée de force en mars 2013. Cependant, elle nous rappelle brutalement la lutte contre la répression étatique et représente une source d’inspiration essentielle pour tous les autres militants qui souhaiteraient élever la voix pour la justice et les libertés en Arabie saoudite.

"[Les membres de l’ACPRA] sont parmi les rares personnes du Royaume qui sont passées de la parole aux actes en matière de droits humains. Leur courage est stupéfiant dans une telle société et ils ont payé le prix fort pour leur lutte pacifique ".
Abdulaziz al-Hassan, avocat pour certains membres de l’ACPRA.

Appelez le roi d’Arabie saoudite à relâcher immédiatement et sans condition les membres détenus de l’ACPRA.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions
2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit