Signer en ligne Brésil. Protéger l’Amazonie et les populations autochtones

Le gouvernement du président Jair Bolsonaro a encouragé la saisie illégale de territoires autochtones en Amazonie, ce qui a poussé des intrus illégaux à menacer et à intimider ces populations et a entraîné environ 75 000 feux de forêt cette année.

Un désastre humain et écologique

En mai 2019, nous avions prévenu que la situation deviendrait intenable pour les populations autochtones et la forêt amazonienne pendant la saison sèche si le gouvernement ne changeait pas de politique. C’est maintenant devenu une tragique réalité et la forêt est en proie aux flammes.

Il s’agit d’une catastrophe environnementale et d’une crise des droits humains. Nous devons agir maintenant. Pour protéger l’Amazonie, il est essentiel de protéger les droits des populations autochtones.

JPEG - 50.6 ko
Des communautés autochtones patrouillent en Amazonie pour défendre leur terre © Amnesty International

Le gouvernement brésilien, complice de cette situation

Les incendies doivent être éteints. Mais le gouvernement du président Jair Bolsonaro a délibérément réduit les financements de certaines institutions civiles, comme la Fondation nationale de l’Indien du Brésil (FUNAI) et l’Institut brésilien de l’environnement et des ressources naturelles renouvelables (IBAMA), deux organisations menant des activités de surveillance et de protection de l’Amazonie, et a entravé leur fonctionnement.

Nous devons agir maintenant

Demandez au président Jair Bolsonaro de renforcer la préservation des zones protégées et des territoires autochtones, en rétablissant les financements de la FUNAI et de l’IBAMA, en menant davantage d’activités de surveillance et de patrouilles pour empêcher les occupations illégales de terres et en amenant les responsables présumés d’incendies illégaux, de déforestation et de saisies illégales de terres à rendre des comptes.

Signez et partagez cette action.

Toutes les infos
Toutes les actions

Libérez Hajar Raissouni, emprisonnée pour avortement illégal

La journaliste Hajar Raissouni a été condamnée à un an de prison pour relations sexuelles hors mariage et avortement au Maroc. Cette condamnation est sans doute aussi liée à son activité professionnelle. Aidez-la, signez la pétition.