Signer en ligne Les Sengwers, violemment expulsés de leurs terres ancestrales

LES SENGWERS CHASSÉS DE LEUR TERRE ANCESTRALE Les Sengwers, au Kenya, sont un peuple autochtone ayant un lien spirituel et culturel profond avec la magnifique et vaste forêt d’Embobut. Ils y vivent historiquement depuis le 18e siècle. Leurs droits sont protégés par la Constitution Kenyane, par la Charte Africaine des droits de l’Homme et des Peuples, et par le droit international. Aujourd’hui ils sont accusés, à travers la surpopulation et le surpâturage, d’endommager la forêt. Cependant, rien n’indique que cette accusation soit fondée. En plus de leur lien de longue date avec la forêt et ses ressources naturelles, cette population en tire ses moyens de subsistance, et à donc tout intérêt à la préserver. Il s’agit là d’un prétexte donc pour l’exploitation illégale à grande échelle de la forêt d’Embobut. Cette communauté d’apiculteurs et de gardiens de troupeaux fait pourtant l’objet d’expulsions violentes, parfois meurtrières, à l’initiative du gouvernement kenyan, par le Service Kenyan des forêts (KFS). Leurs biens sont détruits, leurs modes de vie bafoués et leur survie menacée. LES CONSÉQUENCES DE CETTE EXPULSION ? Les Sengwers sont en train de perdre leurs foyers, leurs moyens de subsistance et leur identité culturelle. Certains vivent maintenant en dehors de la forêt, dans le dénuement le plus total. Au nom de la « préservation de la nature », des gardes forestiers et des policiers ont incendié environ 2 600 habitations depuis 2012, laissant ainsi quelque 4 600 personnes sans logement. En janvier 2018, (...)

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Violences faites aux femmes : la Belgique doit respecter ses obligations

En Belgique, les femmes subissent encore de nombreuses violences. Signez pour demander au gouvernement belge et aux entités fédérées à assurer un profond changement de pratiques.