Signer en ligne Trump à Bruxelles : un message à faire passer ?

À l’heure actuelle, les enfants qui ont été séparés de leurs familles sont détenus dans des tentes et des entrepôts massifs à la frontière entre les États-Unis et le Mexique, après avoir dû fuir le danger dans leur pays d’origine.

Le président américain Trump a finalement signé un décret qui prévoit de ne plus séparer les enfants de leurs familles lorsqu’ils ont été arrêtés pour avoir franchi irrégulièrement la frontière américano-mexicaine - même si le gouvernement a déclaré qu’il pourrait continuer à séparer les familles dans d’autres circonstances. Oui, mais qu’en est-il des milliers familles qui avaient déjà été séparées ? Le gouvernement américain n’a annoncé aucun projet de réunification pour elles. Certains parents et membres de la famille qui ont été séparés de leurs enfants risquent d’être expulsés vers des pays où leur vie pourrait être menacée - et où ils devront vivre sans savoir s’ils reverront un jour leurs enfants. Oui, on ne sépare plus les familles, mais on les place en détention Le décret du président Trump a également ordonné aux autorités américaines de détenir des familles demandant l’asile, potentiellement pendant des mois ou des années, pendant qu’elles attendent une décision sur leurs demandes d’asile. Le gouvernement américain utilise ce système abusif comme une tactique pour décourager les demandes d’asile. De plus en plus de personnes se mobilisent face à ce traitement cruel. Protestations et indignation prennent de l’ampleur aux États-Unis et dans le monde. Mais le combat n’est pas terminé. Les États-Unis ne peuvent pas continuer de traiter les familles qui fuient les horreurs de la violence et des persécutions comme des criminels. Demandez au président des États-Unis de réunir les familles séparées et de cesser d’enfermer les (...)

Rappel de la position d’Amnesty sur la détention des enfants et des familles

La détention des enfants, qu’ils soient ou non accompagnés, pour des raisons liées à l’immigration va toujours à l’encontre de l’intérêt supérieur de l’enfant. Amnesty y est donc opposée.

États-Unis et président Trump : arrêtez de punir les personnes qui demandent l’asile

Depuis 2017, le Président Trump et son administrations mènent une politique migratoire qui visent à détenir tous les demandeurs d’asile arrivant aux États-Unis par la frontière sud avec le Mexique le temps que leurs demandes d’asile soient traitées. Cela peut prendre des semaines, des mois, voir des années. Le 6 avril 2018, Jeff Session, ministre de la Justice des États-Unis a annoncé l’introduction d’une politique de tolérance zéro pour les “entrées illégales sur le territoire”. La succession des mesures et annonces du président Trump semblent avoir pour seul objectif de punir les personnes fuyant les violences et persécutions et cherchant l’asile et la protection aux États-Unis.

Une politique cruelle envers les familles cherchant l’asile

La politique de tolérance zéro prônée par le ministre de la justice a conduit ces dernières semaines à la séparation de familles et à l’enfermement d’enfants. Plus de 2000 enfants ont été arrachés à leur familles puis placés dans des centres de détentions surpeuplés. À l’heure actuelle, les enfants qui ont été séparés de leurs familles sont détenus dans des tentes et des entrepôts massifs à la frontière entre les États-Unis et le Mexique, après avoir dû fuir le danger dans leur pays d’origine.

Cette pratique de séparer les familles est à la fois cruelle, injustifiée et inutile et traumatisent plus encore des parents et des enfants qui ont déjà subi violences et persécutions dans leur pays d’origine. Les profondes souffrances psychologiques infligées intentionnellement par les autorités à ces familles à des fins coercitives relèvent de la torture, selon les définitions de celles-ci établies par le droit américain comme le droit international.

Suite à la vive émotion de personnes à travers le monde dénonçant cette pratique cruelle, Donald Trump, président des États-Unis a signé le 20 juin un décret présidentiel imposant la fin de la séparation des familles à la frontière et à fortiori, le maintien des enfants avec leurs parents en détention pendant que leur demande d’asile est traitée.

Une fausse solution

Bien que le président américain Trump ait signé ce décret interdisant de séparer les enfants de leurs familles lorsqu’ils ont été arrêtés pour avoir franchi irrégulièrement la frontière américano-mexicaine, le gouvernement a déclaré qu’il pourrait continuer à séparer les familles dans d’autres circonstances.

Des milliers de familles ont déjà été séparées et le gouvernement américain n’a annoncé aucun projet de réunification. Certains parents et membres de la famille qui ont été séparés de leurs enfants risquent d’être expulsés vers des pays où leur vie pourrait être menacée - et où ils devront vivre sans savoir s’ils reverront un jour leurs enfants.

Le décret du président Trump a également ordonné aux autorités américaines de détenir des familles demandant l’asile, potentiellement pendant des mois ou des années, pendant qu’elles attendent des décisions sur leurs demandes d’asile. Ce décret vise à modifier la jurisprudence Flores, qui prévoit que les enfants ne peuvent pas être maintenus en détention durant plus de 20 jours. Le gouvernement américain utilise ce système abusif comme une tactique pour décourager les demandes d’asile.

Les États-Unis ne peuvent pas continuer de traiter les familles qui fuient les horreurs de la violence et des persécutions comme des criminels.

C’est pourquoi Amnesty International demande au gouvernement des États-Unis de réunir, le plus rapidement possible, les familles ayant été séparées et de respecter le maintien de l’unité familiale, de mettre fin à la détention des familles demandant l’asile aux États-Unis et de libérer parents et enfants qui se trouvent actuellement en détention. Cela passe également par le refus de toute augmentation des financements relatifs aux centres de détention des services d’immigration pour les enfants et les familles.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Marathon des lettres 2019 : signez pour 10 jeunes menacé·e·s

Participez à un évènement mondial en faveur de jeunes défenseur-es des droits humains et aidez-les à sortir de prison ou à lutter en sécurité pour ces valeurs qui nous rassemblent, signez notre pétition.