1er MAI 2013 : focus sur les syndicalistes colombiens

Edgar Muñoz Araujo, Henry Ayala, Ricardo Machado, Cesar Florez, Juan Aguas Romero, Rubén Morrón Guerrero, Luis Manuel Mendoza, Yonis Ojeda Lobo, Miguel Corvacho Ortiz, Sabas Brito Mendoza, Horacion Llanos et Sergio Becerra Moreno  : en avril dernier, ces militants syndicaux de SINTRAIENERGETICA (Syndicat National des Travailleurs des entreprises du secteur minier et de l’enérgie) étaient menacées de mort, par le groupe paramilitaire LOS RASTROJOS.

Malheureusement, ils ne sont pas une exception. Avec au moins 20 syndicalistes assassinés en 2012 , la Colombie reste, en 2013, le pays le plus dangereux au monde pour les syndicalistes. Pour chaque syndicaliste assassiné, des dizaines (sinon des centaines) harcelés, menacés, renvoyés. Les nombreuses Actions Urgentes publiées par Amnesty International dénoncent cette situation, et appellent à la solidarité internationale avec les syndicalistes colombiens.

Le 1er mai, la Coordination Colombie d’Amnesty Intenationale Belgique Francophone était donc présente à la Fête du 1er Mai, place Rouppe à Bruxelles, afin de dénoncer cette situation et appeler les syndicalistes belges et la population en générale, à se solidariser avec les syndicalistes colombiens. De très nombreuses lettres ont ainsi été signées, adressées au président Santos, en solidarité notamment avec les syndicalistes de SINTRAIENERGETICA.