AUTOUR DE LIU XIA

Bruxelles

Amnesty International vous convie à une soirée autour de Liu Xia, artiste chinoise assignée à résidence pendant plus de 7 ans et libérée cet été, épouse du prix Nobel de la paix Liu Xiaobo décédé en prison.

Autour de Liu Xia, une « lecture improvisée » pour deux voix de femme et quelques instruments.

Avec Laurence Vielle, Catherine Blanjean et Vincent Granger

C’est par hasard qu’au printemps 2017, Catherine Blanjean entend parler de Liu Xia, artiste chinoise, épouse du prix Nobel de la paix décédé depuis lors en prison, Liu Xiaobo. Elle apprend qu’elle est enfermée dans son appartement de Pékin, assignée à résidence et et coupée du monde depuis sept ans. Elle découvre ses photos, ses poèmes. Elle lui adresse alors des lettres, dont elle sait que, sans doute, elle ne les recevra jamais, puis part à la recherche de cette femme, à la découverte de son histoire, de son amour, de son destin et de ce grand pays dont le régime la maintient enfermée et la réduit au silence.

Au printemps 2018, cette correspondance à sens unique et le résultat de cette quête sont publiés aux éditions François Bourin : « Liu Xia, lettres à une femme interdite ».

Lors d’une présentation du livre, Laurence Vielle découvre l’oeuvre poétique et l’histoire de Liu Xia : c’est le coup de coeur.

Ensemble, Laurence Vielle, accompagnée de son complice, le musicien Vincent Granger et Catherine Blanjean vous proposent une lecture des poèmes de cette « femme interdite » et d’extraits du livre.

Libre, subtil et profondément humain. Une découverte par l’intime de ce que signifie cette terrifiante « réduction au silence ».

Un échange avec les intervenants est prévu après la lecture/spectacle.
Une partie de la recette sera transmise à Liu Xia qui vit depuis peu à Berlin.

Avec Laurence Vielle, Catherine Blanjean et Vincent Granger

Entrée : 10€, étudiants 5€, Article 27 1,25€

Réservations : 02/ 538 63 58 - info@theatrepoeme.be

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.