Formation Peine de mort à Bruxelles

Vos voisins, votre famille, vos amis le savent : vous êtes membre d’Amnesty, et vous luttez contre la peine de mort.
Bien sûr vous signez des pétitions en ligne : vous écrivez même des lettres à des gouverneurs d’États aux États-Unis, au premier ministre japonais, ou au Président indonésien. Vous n’avez pas peur d’interpeller les plus hauts responsables politiques de la planète lorsqu’ils se préparent à exécuter des condamnés à mort.

Mais là où vous êtes moins à l’aise, c’est quand votre cousin vous interpelle à la fin d’un repas de famille, affirmant que si on réintroduisait la peine capitale, les vols de voiture diminueraient ; ou encore, lorsque vous êtes sur un marché, en train de faire signer une pétition, et que surgit devant vous l’emm… de service qui va vous pourrir votre après-midi, en vous rappelant les horreurs commises par de fameux pédophiles, qui auraient sans doute épargné leurs petites victimes si la menace de la chaise électrique avait pesé sur leur tête.

Vous êtes embêté-e non pas parce que vous n’êtes pas convaincu-e, mais parce que cela fait un bout de temps que vous n’avez pas révisé vos arguments.
Eh bien rassurez-vous ! Grâce à nos experts, et en quelques heures, vous allez pouvoir clouer le bec de votre cousin, former le petit nouveau dans le groupe et vous débarrasser poliment de l’individu qui vous empêche de faire votre travail sur votre stand.

Comment ? Eh bien c’est simple : une formation vous est proposée :

Samedi 20 février 2016 de 10 à 15 h
à Bruxelles

Lieu de l’activité : Secrétariat national d’Amnesty Belgique francophone, Rue Berckmans, 9, 1060 Bruxelles (arrêt de métro Louise / arrêts de tram Stéphanie ou Faider). Inscriptions avant le 25 janvier auprès de Zoé Spriet : zspriet(at)amnesty(point)be

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse