Conférence : Les disparitions forcées en Syrie Midi des droits humains

Ixelles

Les disparitions forcées en Syrie
Midi des droits humains

Ces dernières années, lorsqu’on parle de la Syrie, on parle surtout de guerre. Or, cette réalité en cache parfois une autre qui a peut-être​ autant d’impact sur la situation actuelle que les combats militaires : les disparitions forcées.

En Syrie, ce sont des dizaines de milliers de personnes qui sont portées disparues en ce moment. Des centaines de milliers si on remonte à 2011. La majorité d’entre elles sont en détention ou déjà mortes sans que leurs proches ne soient informés de leur sort. Les arrestations se font quasiment toujours à l’improviste et sans publicité, la première préoccupation des familles est donc souvent de déterminer qui est venu arrêter leurs proches. Beaucoup ne parviennent même pas à répondre à cette première question.

Les disparitions forcées ont fait l’objet de plusieurs campagnes et rapports d’Amnesty ces dernières années.

Ce midi des droits humains sera donc consacré à la problématique des disparitions forcées en Syrie.

Pour en parler, nous accueillerons deux intervenants.

Benjamin Peltier : coordinateur Syrie à Amnesty International Belgique francophone. Il donne régulièrement des formations sur le sujet et a notamment écrit un article sur les disparitions forcées dans le dernier numéro de la Revue Nouvelle.

Mohammad Blakah : activiste syrien qui est passé par les prisons d’Assad. Il a ensuite travaillé au Liban pour MSF afin de faire parvenir l’aide médicale dans les zones tenues par l’opposition. Ses voyages en Syrie devenaient risqués et il sera notamment fait prisonnier par Daech. Il vit maintenant à Bruxelles et viendra témoigner.

L’entrée est libre, mais l’inscription obligatoire par email à mddh(at)amnestyinternational.be au plus tard le 12 décembre.

Cela aura lieu dans nos locaux, chaussée de Wavre 169 à 1050 Bruxelles, le 14 décembre de 12h30 à 14h00.

Sandwiches et boissons seront offerts.

Nous vous y attendons nombreux !

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.