Pique-nique à l’ULB pour la libération d’Hamid Babaei

Tain-l’Hermitage

Le Président iranien sera bientôt à Bruxelles. Le 21 mars de 12 h à 14 h, jour de Norouz, le Nouvel an perse, rejoignez-nous devant l’ambassade d’Iran pour lui demandez de ramener Hamid Babaei dans ses valises.

Apportez avec vous vos tartines et un maximum de valises que l’on installera autour de nous.

Hamid Babaei, étudiant iranien poursuivant une thèse de doctorat à l’Université de Liège, a été condamné en Iran le 21 décembre 2013 à six ans d’emprisonnement pour « atteinte à la sécurité nationale par la communication avec des États hostiles », en l’occurrence la Belgique. Il avait refusé d’espionner la diaspora iranienne en Belgique. Depuis, il a été placé à l’isolement puis transféré à une autre prison, connue pour ses conditions de détention rudes. Son état de santé se détériore. Son épouse Cobra Parsajoo, également doctorante inscrite en Belgique, mène une campagne pacifique en faveur de son mari en Iran, notamment en accordant des interviews à des médias étrangers. Depuis le 15 février au moins 2015, on menace de l’arrêter pour avoir évoqué publiquement le cas de son mari. Cobra Parsajoo est déjà frappée d’une interdiction de voyager.

Venez nous rejoindre pour demander la libération d’Hamid. Nous essayerons de remettre les signatures de la pétition à l’ambassade.

Si vous ne l’avez pas encore fait, il est toujours possible de signer la pétition.

Des petits mets iraniens seront distribués gratuitement aux premiers arrivants. Nous diffuserons de la musique iranienne, et particulièrement les morceaux des groupes interdits par le gouvernement.

Quand ?? Lundi 21 mars 2016 de 12 h à 14 h.
Où ?? Av. F. Roosevelt, 15, Bruxelles (sur le terre-plein central, en face du Janson).

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.