Midi des droits humains : L’État décide qui je suis : enjeux des droits humains des personnes transgenres

En Belgique, les personnes transgenres ne peuvent pas changer juridiquement de sexe et ainsi obtenir des documents qui reflètent leur identité de genre, à moins qu’elles ne subissent une longue procédure qui peut durer trois ans ou plus, comme l’a montré le rapport d´Amnesty International « L’État décide qui je suis » publié le 4 février 2014. Elles sont souvent victimes de discriminations liées à leur identité et expression de genre.

Max Nisol, coordinateur de Genres Pluriels, une association qui met en avant l’existence des personnes aux genres fluides (transgenres, transqueers, cross-dressers, transvesties, androgynes,… et intersexes) nous fera une présentation de ces différents concepts. Ensuite, nous aborderons les violations des droits humains liées à l’identité et expression de genre, pour comprendre quels impacts elles ont sur la vie et les droits humains des personnes concernées.

Quand ? Jeudi 18 septembre 2014 de 12h30 à 14h00.

Où ? Au Secrétariat national d’Amnesty International Belgique francophone, rue Berckmans 9 à 1060 Bruxelles.

Pour y participer, l’entrée libre, mais l’inscription obligatoire en complétant le formulaire ci-dessous, ou en envoyant un email à mddh(at)amnestyinternational.be ou encore par téléphone au 02 538 81 77 auprès de Jehona Krenzi au plus tard le 15 septembre 2014.

Sandwiches et boissons seront offerts aux participants.

Voici une liste déroulante avec les prochaines rencontres