Témoin de violences conjugales : que faire ?

Témoin de violences conjugales : que faire ?

En situation de confinement, les violences conjugales peuvent s’aggraver. N’hésitez pas à appeler la ligne d’écoute au 0800 30 030, ou à joindre le 101 pour une situation nécessitant une intervention de la police et le 112 pour une urgence médicale. La ligne d’écoute SOS Viol est disponible au 0800 98 100, et un chat est ouvert sur le site www.sosviol.be les mardis et jeudis de 11h à 14h

Violences conjugales - le Sommaire

Vous avez peut-être été récemment témoin de violences conjugales et ne savez pas comment réagir. Il est tout à fait normal de se sentir démuni·e devant une telle situation. En tant que témoin, vous pouvez cependant jouer un rôle très important pour soutenir la victime et briser le cycle de la violence.

Qu’est-ce que la violence conjugale ?


La violence conjugale est une violence exercée à l’égard de son ou sa partenaire. Elle peut prendre plusieurs formes :

  • Psychologique et verbale : insultes, menaces, humiliation, etc.
  • Physique : coups, blessures intentionnelles, utilisation d’objets, etc.
  • Sexuelle : agressions sexuelles, viols.
  • Economique : contrôle financier excessif, privation de toute ressource économique et chantage, etc.
  • Menaces de mort, tentatives de meurtres et meurtre.

Les violences conjugales sont des graves violations des droits humains les plus fondamentaux et ont des conséquences à court, moyen et long-terme, sur le plan physique comme psychologique. Elles ne sont pas de l’ordre de la sphère privée et ne sont pas une « affaire de famille » ; elles sont un problème de société qui doit être urgemment adressé. Il faut briser le cycle de la violence.

Voir plus : Qu’est-ce que la violence conjugale ?

Les violences conjugales peuvent également avoir un grave impact sur les enfants du couple, directement ou indirectement. Si vous assistez à des situations mettant en danger un enfant, contactez SOS Enfants au 02/542 14 10. Les enfants peuvent également joindre le 103, un numéro mis à leur disposition 7j/7 de 10h à minuit.

Mon rôle en tant que témoin de violences conjugales

En tant que témoin, vous devez avant tout apporter votre aide à la victime de cette situation : lui montrer que vous êtes là, que vous êtes prêt·e à la soutenir, et qu’elle n’est pas seule. Votre soutien pourrait lui donner la force de rapporter les faits.

Rappelez-vous néanmoins qu’il est important d’agir avec le consentement de la victime. Elle est la première concernée par la situation et doit être capable de choisir elle-même comment sortir du cycle de la violence. Si vous appelez la ligne Violences Conjugales au 0800 30 030, assurez-vous d’avoir son accord. Ne prenez pas de décisions en son nom, et ne la forcez pas à entreprendre des actions pour lesquelles elle n’est pas prête. Rappelez-vous qu’elle peut être la première personne à subir des conséquences de ces initiatives. Essayez de respecter son rythme et ses choix. Il peut être extrêmement difficile de quitter un partenaire abusif pour de nombreuses raisons : dépendance économique, menace de mort et peur des représailles, menace sur les enfants, etc.

Si vous êtes néanmoins témoin d’une situation de violence grave où la santé d’une personne est en danger, contactez immédiatement la police au 101. Pour une urgence médicale, appelez le 112.

Que faire concrètement si je suis témoin de violences conjugales ?

Chaque situation est unique. Vous pouvez néanmoins mettre en place un certain nombre de techniques pour aider une victime de violences conjugales :

  1. Prendre contact avec la victime : essayez de lui parler et demandez-lui si elle a besoin d’aide et souhaite reporter les violences.
  1. Etablir un contact visuel  : regardez-la dans les yeux pour lui monter votre soutien. Si vous faites face à l’agresseur, le regardez fermement vous permettra de lui signaler que vous êtes témoin de ce qui est en train de se passer.
  1. Si possible, créez une distraction. Vous pouvez mettre fin à une situation d’escalade de la violence en sonnant à la porte ou en appelant la personne à voix haute.
  1. Contactez les services spécialisés. Le premier point de contact est le numéro vert Ecoute Violences Conjugales au 0800 30 030. Vous pouvez l’appeler en tant que témoin, victime ou auteur de violences. Vous pouvez également vous rapprocher des associations de terrain comme le Centre de Prévention des Violences Conjugales et Familiales (CPVCF) au 02 539 27 44 ou par mail à info@cpvcf.org ou les plannings familiaux travaillant auprès des victimes de violence conjugale (Namur 081/77 71 62 - Liège 04/248 75 98 - Mons 068/84 84 58 - Tournai 068/84 84 58).
  1. Récoltez des preuves. Avec le consentement de la victime, vous pouvez aussi collecter des preuves de la situation de violence que la victime pourra utiliser par la suite pour porter des plaintes si elle le désire. Si elle est blessée physiquement, vous pouvez prendre des photos des blessures comme preuves avec son accord. Vous pouvez lui proposer de l’emmener à l’hôpital ou voir un médecin généraliste pour obtenir un certificat médico-légal attestant des blessures. Ce dernier est fondamental pour prouver les faits lors d’une procédure en justice.
  1. Il est possible que les faits soient portés devant la justice. Soyez prêt·e à apporter votre témoignage si besoin.

Comment assurer ma propre sécurité ?

Il est critique d’éviter d’utiliser la violence ou les menaces si vous vous trouvez en situation de confrontation avec l’agresseur. Essayez de planifier en avance ce que vous souhaitez dire, et restez dans un environnement sécurisé.

Ne vous engagez pas dans des situations qui vous mettent mal à l’aise et respectez vos propres limites. Si cela est nécessaire, vous pouvez demander de l’aide à d’autres personnes.

Si vous vous sentez en danger et que la personne vous menace, appelez la police immédiatement.

Il est normal de se sentir désemparé·e dans une telle situation. N’hésitez pas à contacter la Ligne d’Ecoute Violences Conjugales au 0800 30 030 pour évaluer avec des professionnel·le·s la gravité de la situation et demander des conseils sur la façon de réagir à la situation.

Toutes les infos

La Chine enferme et persécute les Ouïghours dans des camps

Demandez à la Chine d’arrêter le harcèlement des populations Ouïghours et la fermeture des camps d’internement. Signez la pétition