Téléchargez notre rapport
JPEG - 102.1 ko

Des exécutions en hausse en 2021

En 2021, le nombre d’exécutions et de condamnations à mort a connu une hausse inquiétante, car dans les pays qui recourent le plus massivement à ce châtiment les choses ont repris leur cours normal et les activités des tribunaux n’ont plus été entravées par les restrictions liées à la pandémie de COVID-19. À la connaissance d’Amnesty International, au moins 579 exécutions ont eu lieu dans 18 pays l’an dernier⁠, ce qui représente une augmentation de 20 % par rapport au total enregistré en 2020⁠.

L’Iran est le pays qui a le plus contribué à cette hausse, avec au moins 314 exécutions recensées en 2021 (contre au moins 246 en 2020), un total qui n’avait jamais aussi élevé depuis 2017. Cela résulte en partie d’une augmentation sensible du nombre d’exécutions liées à des infractions à la législation sur les stupéfiants, qui constituent pourtant une violation flagrante du droit international, lequel interdit le recours à la peine de mort pour les infractions autres que l’homicide volontaire. Parallèlement à cela, en Arabie saoudite le nombre d’exécutions a plus que doublé, cette triste tendance s’étant poursuivie en 2022 avec l’exécution de 81 personnes en l’espace d’une seule journée en mars.

Comme les années précédentes, les totaux mondiaux enregistrés concernant les condamnations à mort et les exécutions ne comprennent pas les milliers de personnes qui, selon Amnesty International, ont été condamnées à mort ou exécutées en Chine, ni les nombreuses exécutions qui ont probablement eu lieu en Corée du Nord et au Viêt-Nam. En raison du secret qui entoure ces pratiques dans ces trois pays et d’un accès très restreint aux informations à leur sujet, il est impossible d’établir des statistiques fiables.

Consultez le résumé de notre rapport sur la peine de mort en 2021

JPEG - 131.6 ko

Iran : retour à un recours massif aux exécutions

L’Iran a exécuté au moins 314 personnes (contre 246 en 2020), ce qui représente pour ce pays le chiffre le plus élevé depuis 2017, alors que le nombre d’exécutions était depuis en constante diminution.

⁠L’Iran maintient l’imposition obligatoire de la peine de mort en cas de possession de certains types et quantités de drogue⁠⁠, et le nombre d’exécutions recensées concernant des personnes condamnées pour des infractions liées aux stupéfiants a plus que quintuplé, passant de 23 en 2020 à 132 en 2021. À la connaissance d’Amnesty International, le nombre de femmes exécutées a également augmenté, passant de neuf à 14, et les autorités iraniennes ont continué de bafouer d’ignoble façon les droits des enfants en exécutant trois personnes qui étaient âgées de moins de 18 ans au moment des faits qui leur étaient reprochés, allant ainsi à l’encontre des obligations qui sont les leurs au titre du droit international.

Arman Abdolali est l’un d’entre eux. L’exécution, le 24 novembre 2021, du jeune homme de 25 ans condamné à mort pour un crime survenu alors qu’il était mineur, révèle au grand jour la cruauté du système judiciaire iranien.

PNG - 82.6 ko

Le cas de Rocky Myers en Alabama

Son cas illustre les failles des systèmes d’application de la peine de mort. Accusé du meurtre d’une femme blanche en 1991, Rocky Myers, un homme noir, a été déclaré coupable par un jury composé majoritairement d’hommes blancs. Malgré de nombreuses failles dans ce dossier, il est enfermé depuis 26 ans dans le quartier des condamnés à mort en Alabama.

Bien que le jury s’était prononcé pour une peine de réclusion à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle, le juge l’a condamné à mort. Depuis 2017, il n’est plus possible que des décisions judiciaires aillent au-delà des décisions prises par les jurys. Pourtant, Rocky Myers et d’autres condamnés à mort en Alabama n’ont pas pu bénéficier rétroactivement de cette réforme.

Preuves insuffisantes et témoignages incohérents, entachés d’allégations de pressions exercées par la police, ne suffisent pas à ce que Rocky Myers soit gracié. Il continue cependant de clamer son innocence.

Signez la pétition en faveur de Rocky Myers

10 questions sur la peine de mort

La peine capitale a-t-elle un effet dissuasif sur la criminalité ? Rend-elle justice aux victimes ? Existe-t-il une méthode d’exécution « humaine » ? Tout savoir sur la peine de mort avec les 10 questions les plus fréquentes sur la peine capitale.

Consultez notre questions-réponses

JPEG - 105.9 ko

10 mythes à déconstruire sur la peine de mort

Confrontons les arguments les plus populaires utilisés par ceux qui défendent l’utilisation de la peine de mort à la réalité de ce châtiment cruel.
Une partie de la population pense à tort que la peine de mort rend la société plus sûre.

Appropriez-vous notre dossier

}) }) })

Quelques chiffres clés sur la peine de mort

579
(au moins) exécutions ont eu lieu en 2021, dont 314 en Iran
20%
c’est l’augmentation des exécutions recensées en 2021 dans le monde, par rapport à 2020
55
pays où la peine de mort est encore en vigueur

L’ACTION D’AMNESTY CONTRE LA PEINE DE MORT

JPEG - 62.1 ko

L’objectif d’Amnesty est de faire disparaître la peine de mort, partout. Pour cela, l’organisation s’engage à plusieurs niveaux :

  • la publication de rapports sur la peine de mort, notamment un rapport annuel et des rapports par pays ;
  • la mise en places de pétitions et d’actions urgentes menées dans tous les pays qui recourent à la peine de mort pour exhorter les autorités à annuler les condamnations à mort et abolir la peine de mort ;
  • le plaidoyer auprès des gouvernements pour que des États ratifient les conventions internationales relatives à la peine de mort et adaptent leur législation en conséquence. Amnesty International demande aux États d’abolir la peine de mort dans la législation et dans la pratique ;
  • les campagnes de sensibilisation sont régulièrement menées auprès du grand public, afin de faire comprendre aux individus la nature arbitraire et irrévocable de la peine capitale, fréquemment utilisée comme moyen de répression politique et appliquée en priorité aux plus pauvres et aux plus démunis
GIF - 924.4 ko

La peine de mort, c’est quoi ?

Définition, les méthodes d’exécution, les instruments juridiques, les jeunes condamnés à mort, la peine de mort en Belgique : un dossier complet pour mieux connaître cette thématique sur laquelle Amnesty travaille depuis plus de 40 ans.

En savoir plus

Nos membres contribuent à faire bouger les choses

REJOIGNEZ AMNESTY

Adhérez !
Toutes les infos
Toutes les actions
2022 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit