AFGHANISTAN : Amnesty International condamne l’exécution de membres d’organisations humanitaires

Index AI : ASA 11/009/2004
ÉFAI
Vendredi 4 juin 2004
DÉCLARATION PUBLIQUE

« En l’absence de sécurité et de stabilité, la reconstruction de l’Afghanistan sera totalement compromise », a déclaré Amnesty International en condamnant l’exécution récente de cinq membres de Médecins sans frontières (MSF).
Durant les six derniers mois, 18 membres d’organisations humanitaires (cinq étrangers et 13 Afghans) auraient été tués alors qu’ils participaient à l’effort de reconstruction du pays. Ces actes ne se limitent plus à des régions précises mais surviennent partout en Afghanistan et visent tant des Afghans que des étrangers membres d’organisations humanitaires, ce qui traduit une instabilité grandissante qui touche toute la population.
Des actes comme l’assassinat des cinq membres de MSF par des tireurs non identifiés sapent le travail des organisations humanitaires et portent atteinte aux programmes d’aide et de reconstruction destinés à la population afghane. La reconstruction du pays étant indispensable à la stabilité et au développement de l’Afghanistan, le gouvernement afghan et la communauté internationale ne doivent pas se contenter de condamner ces exécutions mais ils doivent aussi prendre des mesures pour rétablir la stabilité et la sécurité dans le pays.
Amnesty International rappelle à la communauté internationale la nécessité de persévérer dans l’aide à l’Afghanistan et demande à tous les gouvernements qui s’étaient engagés à la dispenser de tenir leur promesse. La stabilité et la sécurité en Afghanistan sont indispensables à la création d’un environnement qui permette le déroulement normal des élections en septembre.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse