Amnesty International demande instamment à la Chine d’annuler les condamnations à mort de manifestants tibétains

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Amnesty International condamne la décision prise par un tribunal de Lhassa d’infliger la peine capitale à deux Tibétains, Losang Gyaltse et Loyar, accusés d’avoir déclenché des tirs mortels au cours des manifestations de mars 2008. Deux autres personnes ont été condamnées à mort avec un sursis de deux ans à exécution et une personne a été condamnée à la réclusion à perpétuité.

On ne sait pas s’ils ont l’intention de faire appel ; la Cour populaire suprême de Chine examinera en dernier ressort les condamnations à mort prononcées ce mercredi 8 avril, comme elle le fait pour toutes les condamnations à la peine capitale.

« Amnesty International condamne les peines de mort prononcées à l’encontre de Losang Gyantse et de Loyar. Nous avons recensé de nombreux exemples de procès inéquitables aboutissant à des condamnations à mort en Chine. Dans ces conditions, il est peu probable que les condamnations prononcées se justifient. Nous demandons instamment leur annulation », a déclaré Sam Zarifi, directeur Asie-Pacifique d’Amnesty International.

Selon un porte-parole du tribunal, une autre personne, Tenzin Phuntsog, qui s’est vu infliger une condamnation à la peine capitale avec un sursis à exécution de deux ans, a reconnu sa culpabilité après son arrestation. La torture reste courante en Chine et les tribunaux admettent les preuves obtenues par la torture. Cela ajoute à l’inquiétude concernant les aveux de Tenzin Phuntsog et le traitement qui lui a été réservé.

De source officielle, 76 personnes ont été condamnées en lien avec les manifestations avant l’annonce des condamnations de ce jour. Les personnes reconnues coupables précédemment ont été condamnées à des peines allant de trois ans d’emprisonnement à la réclusion à perpétuité. La plupart ont été condamnées pour« avoir allumé des incendies volontaires, cherché querelle et provoqué des troubles à l’ordre public, réuni des foules en vue de s’attaquer à des organes de l’État, perturbé des services publics et s’être livrées à des actes de pillage ». Au moins sept personnes ont été condamnées pour « espionnage » ou pour avoir « illégalement fourni des informations à des organisations et personnes basées à l’étranger ».

Plus d’un millier de personnes détenues en lien avec les manifestations de mars 2008 manquent encore à l’appel selon la Commission des États-Unis sur la Chine. Selon les autorités chinoises, 21 personnes ont été tuées par des manifestants violents ; de sources tibétaines, plus d’une centaine de Tibétains auraient péri dans la répression qui s’est ensuivie.

Selon les recherches menées par Amnesty International, la Chine a procédé à au moins 1718 exécutions en 2008 et a condamné 7003 personnes à mort. Le gouvernement chinois restreint toujours les entrées au Tibet, ce qui fait craindre une sous-estimation des violations des droits humains.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse