Amnesty International met en doute la crédibilité du Parlement européen à propos de l’enquête sur les vols de la CIA

Communiqué de presse du Bureau européen

(Bruxelles, 11 février 2008) – Un an après l’ouverture d’une enquête sur les allégations de complicité européenne dans le programme de « restitutions » mis en place par la CIA, le Parlement européen en est encore à considérer les suites à donner à ce travail d’enquête. Dans une lettre rendue publique ce 11 février, avant les débats prévus au Comité des libertés civiles, Amnesty International presse le Parlement de s’engager à prendre de toute urgence des mesures efficaces et à mettre fin au silence entourant cette grave question de droits humains.

« C’est la crédibilité même du Parlement qui est e n jeu lorsqu’il met si longtemps à appliquer ses propres résolutions,
a déclaré Natalia Alonso, directrice par intérim du Bureau européen d’Amnesty International. Les membres du Parlement, notamment ceux qui siègent au Comité des libertés civiles doivent se mettre d’accord pour prendre des mesures significatives et concrètes visant à rendre les institutions et tous les États membres responsables de leur mise en œuvre », a-t-elle ajouté.

Il y a tout juste deux semaines, de nouveaux rapports faisant état de l’implication d’États membres de l’Union européenne dans le programme de « restitutions » de la CIA sont parus. Les gouvernements ont réagi publiquement comme s’il s’agissait d’une affaire classée et n’ont pas donné l’impression d’un réel engagement politique à enquêter sur ces allégations. Les États membres de l’Union européens, lorsqu’ils se sont penchés sur la question lors du Conseil de l’Union européenne il y a trois semaines, n’ont pas non plus condamné clairement le programme mené par les États-unis ni annoncé d’action visant à empêcher que ne se reproduisent de telles violations à l’avenir.

Amnesty International n’a cessé d’appeler l’Union européenne et les États membres à enquêter sur toute allégation de complicité directe ou indirecte de pays européens dans le transfert illégal et la détention de prisonniers par la CIA. L’organisation appelle le Parlement à mettre fin à l’inaction européenne et à suivre de près le développement des différents points de l’enquête initiale afin de veiller à ce que :
  toute la vérité soit faite sur la collaboration européenne au programme de « restitutions » illégales et de détentions au secret ;
  les victimes soient indemnisées ;
  des mesures préventives soient adoptées à l’avenir.

Il est crucial que les membres du Parlement européen dépassent les clivages de partis et les intérêts nationaux pour s’engager à fond sur ce sujet et faire en sorte que les efforts déployés jusqu’ici n’aient pas servi à rien.

Toutes les infos

Infos liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.