Azerbaïdjan. Des blogueurs perdent leur procès en appel contre des charges mensongères

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

ÉFAI - 10 mars 2010

Amnesty International accuse le gouvernement azerbaïdjanais d’étouffer l’opposition, après qu’un tribunal eut rejeté le recours formé par deux blogueurs contre leur déclaration de culpabilité, fondée sur des accusations de « houliganisme » forgées de toutes pièces.

Mercredi 10 mars, un tribunal de Bakou a confirmé la condamnation d’Adnan Hajizade et d’Emin Milli à des peines de deux ans et deux ans et demi de prison respectivement, pour avoir mis en ligne sur YouTube une vidéo critique à l’égard de leur gouvernement. Amnesty International estime que leur procès n’a pas été conforme aux normes d’équité en la matière et que les deux hommes sont des prisonniers d’opinion.
« Adnan Hajizade et Emin Milli sont victimes des mesures de plus en plus répressives adoptées par les autorités azerbaïdjanaises afin de sévir contre les détracteurs du gouvernement », a déclaré Andrea Huber, directrice adjointe du programme Europe et Asie centrale d’Amnesty International.
« Ils ont été déclarés coupables sur la foi d’éléments forgés de toutes pièces, à l’issue d’un procès n’ayant pas respecté les normes internationales d’équité, pour avoir simplement exprimé leur opinion. »
Les deux témoins clés de l’affaire ne se sont pas une seule fois vu demander de déposer au cours des sept audiences de ce procès en appel. Comme lors du premier jugement, le tribunal d’appel a refusé d’examiner certains éléments de preuve sans offrir d’explication, y compris des photographies des blessures infligées aux blogueurs et des séquences vidéo attestant l’agression.

Les blogueurs ont été arrêtés le 8 juillet 2009, après avoir été agressés par deux inconnus et accusés de « houliganisme ».
Ces deux militants utilisent des outils de mise en réseau du Web, dont Youtube, Facebook et Twitter, afin de faire circuler des informations sur la situation sociopolitique en Azerbaïdjan.
Emin Milli est le cofondateur d’un forum en ligne, Alumni Network, sur lequel les membres débattent de politique, tandis qu’Adnan Hajizade est coordinateur d’un mouvement de jeunesse appelé OL !, qui prône la non-violence et la tolérance.

Une semaine avant leur arrestation, une vidéo produite par Adnan Hajizade a été mise en ligne sur le site de partage de vidéos YouTube.
Il s’agit d’une parodie de conférence de presse animée par un âne, diffusée après la parution d’un article s’intéressant au fait que le gouvernement d’Azerbaïdjan aurait dépensé des centaines de milliers de dollars pour importer une dizaine d’ânes depuis l’Allemagne, dans le cadre d’une transaction sans doute destinée à dissimuler des faits de corruption ou de détournement de fonds publics.
La vidéo évoque l’achat de ces ânes, l’introduction de lois restrictives concernant les ONG et le degré de priorité peu élevé accordé par le gouvernement aux droits humains.

« Les journalistes indépendants et les militants continuent à se trouver en butte au harcèlement et aux incarcérations en Azerbaïdjan, en dépit des obligations inscrites dans les textes internationaux en vertu desquelles ce pays est tenu de respecter le droit à la liberté d’expression », a conclu Andrea Huber.

Voir également :

Pour consulter le document Azerbaïdjan. La répression des dissidents se poursuit, cliquez ici.

Pour consulter le document Azerbaijan : Independent journalists under siege, cliquez ici.

Pour consulter le document Azerbaïdjan. Des blogueurs emprisonnés à l’issue d’un procès inique, cliquez ici.

Pour consulter le document Azerbaïdjan. Audience d’appel prévue pour deux blogueurs, cliquez ici.

Pour consulter le document Azerbaïdjan : Amnesty International adopte des blogueurs incarcérés comme prisonniers d’opinion, cliquez ici.

Pour consulter le document Azerbaïdjan. Deux blogueurs sont condamnés à des peines d’emprisonnement, cliquez ici.

Pour consulter le document Azerbaijan : Mixed Messages on Freedom of Expression, cliquez ici.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.