Azerbaïdjan. La liberté d’expression attaquée

Le bilan en matière de droits humains de l’Azerbaïdjan se dégrade encore rapidement alors que la population se rend aux urnes dimanche 1er novembre, dans un contexte de répression de la liberté d’expression et du droit de réunion, a déclaré Amnesty International vendredi 30 octobre.

« Les autorités azerbaïdjanaises doivent respecter leurs obligations en matière de droits humains et relâcher immédiatement tous les prisonniers d’opinion, et cesser de persécuter les militants de la société civile, notamment les défenseurs des droits humains », a déclaré Denis Krivocheïev, directeur adjoint d’Amnesty International pour l’Europe et l’Asie centrale.

Au moins 20 personnes sont actuellement emprisonnées dans le pays parce qu’elles ont simplement contesté la politique du gouvernement ou tenté de venir en aide à des victimes d’atteintes aux droits humains. La plupart des organisations indépendantes de défense des droits humains – une vingtaine – ont été fermées et leurs principaux dirigeants arrêtés ou contraints à l’exil.

« L’Azerbaïdjan doit aussi faire en sorte que les responsables présumés de violations des droits humains soient déférés à la justice, en enquêtant sur tous les cas de harcèlement et de persécution de militants politiques et de la société civile, de défenseurs des droits humains et de journalistes. Cela inclut les cas où des preuves ont été forgées de toutes pièces pour appuyer de fausses accusations visant des défenseurs des droits humains », a déclaré Denis Krivocheïev.

L’élection présidentielle de 2013 avait également été précédée d’une vague d’arrestations de militants politiques et de la société civile et de tentatives pour éliminer les rivaux politiques du gouvernement du président Ilham Aliyev, qui occupe ce poste depuis qu’il y a succédé à son père en 2003.

Les instances internationales de surveillance des droits humains et les autres observateurs ne peuvent plus se rendre en Azerbaïdjan alors que la répression contre les droits à la liberté d’expression et de réunion s’intensifie. Amnesty International et Human Rights Watch n’ont pas été autorisées à se rendre dans le pays ou des membres de leur personnel ont fait l’objet de mesures d’expulsion au cours des derniers mois.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.