Communiqué de presse

Bahreïn. La condamnation de Nabeel Rajab montre que les autorités ne tolèrent pas les opposants pacifiques

Le jugement en appel prononcé contre Nabeel Rajab, militant bahreïnite des droits humains, confirmant sa condamnation à six mois de prison pour avoir insulté des institutions gouvernementales sur Twitter, prouve le mépris total des autorités bahreïnites à l’égard du droit à la liberté d’expression, a déclaré Amnesty International jeudi 14 mai.

« La décision rendue par la justice montre une nouvelle fois que Bahreïn bafoue ses obligations internationales de manière éhontée. Nabeel Rajab a été condamné uniquement pour avoir exprimé pacifiquement son opinion, et les autorités bahreïnites doivent le libérer immédiatement et sans condition, et veiller à ce que sa condamnation soit annulée », a déclaré Said Boumedouha, directeur adjoint du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International.

« Les autorités bahreïnites ont exprimé de l’indignation face aux critiques sur leur bilan en matière de droits humains, affirmant qu’elles avaient introduit une série de réformes ces dernières années. Cependant, l’issue de ce procès est une preuve supplémentaire que ces réformes ne constituent guère plus que des gestes symboliques. Bahreïn reste un pays où exercer sa liberté d’expression est traité comme un crime. »

Nabeel Rajab, président du Centre bahreïnite pour les droits humains, a été condamné à six mois de prison en première instance le 20 janvier pour « outrage public aux institutions officielles », à savoir les ministères de l’Intérieur et de la Défense, sur Twitter, après qu’il eut publié des propos laissant entendre que les agences bahreïnites de sécurité avaient agi comme des « incubateurs d’idéologies extrémistes » pour des Bahreïnites qui se sont ensuite rendus en Irak et en Syrie afin de rejoindre le groupe se désignant sous le nom d’État islamique.

Amnesty International demande aux autorités bahreïnites de protéger le droit à la liberté d’expression, d’abroger les lois érigeant en infraction l’exercice pacifique des droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion, et de libérer Nabeel Rajab immédiatement et sans condition.

Nabeel Rajab est également poursuivi dans une affaire distincte pour d’autres commentaires qu’il aurait publiés ou repris sur Twitter sur la guerre au Yémen et les événements survenus le 10 mars après une action de protestation à la prison de Jaw. S’il est reconnu coupable, il risque jusqu’à 10 ans d’emprisonnement.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.