BIÉLORUSSIE : Valeriï Levonevskiï et Alexandre Vassiliev ont été emprisonnés pour avoir publié un poème

Index AI : EUR 49/009/2006

DÉCLARATION PUBLIQUE

Le 7 septembre 2004, le président et le président adjoint du comité national de grève des vendeurs de marché ont été condamnés à deux ans de prison pour avoir publiquement insulté le président de Biélorussie. Selon le juge, un tract distribué par Valeriï Levonevskiï et Alexandre Vassiliev avant les manifestations du 1er mai 2004 contenait une insulte publique au président. Ce texte appelait à participer aux manifestations du 1er mai pour « dire que vous protestez contre ‘quelqu’un’ qui passe ses vacances au ski en Autriche et qui s’amuse bien à vos frais. » Alexandre Loukachenko est connu pour avoir passé ses vacances en Autriche.

L’autre côté du tract présentait un poème satirique anonyme sur le coût de la vie en Biélorussie, intitulé « La facture des services, ou ‘la belle vie’ ». En outre, Alexandre Vassiliev a été condamné pour trouble à l’ordre public pour avoir organisé des manifestations le 1er mai à Grodno. Le juge a également décidé que le matériel et les ordinateurs précédemment pris à Valeriï Levonevskiï et Alexandre Vassiliev seraient confisqués « pour le bien de l’État », et que ces deux personnes devraient payer des amendes de 643 278 roubles biélorusses (300 dollars des Etats-Unis) chacun.

Valeriï Levonevskiï critique ouvertement le président Loukachenko et a protesté contre les pressions financières et administratives imposées aux petites entreprises. Depuis 1996, il est étroitement surveillé par les autorités et soumis à des fouilles, des confiscations de biens et des interrogatoires, en lien avec diverses inculpations. En 2002, le comité de grève conduit par Valeriï Levonevskiï a organisé une grève de 120 000 petits commerçants pour demander la démission du président Loukachenko, l’accusant d’être personnellement responsable de la disparition des petites entreprises en Biélorussie. En avril 2003, Valeriï Levonevskiï a été arrêté pour avoir déposé une pétition des vendeurs de marché au parlement, et condamné à quinze jours d’emprisonnement pour avoir participé à la « marche pour une vie meilleure » du 12 mars. Valeriï Levonevskiï a continué son militantisme politique dans la colonie pénitentiaire et conseillé les prisonniers sur leurs droits, tout en participant à leur prise de conscience des droits humains par des discussions.

Valeriï Levonevskiï et Alexandre Vassiliev sont condamnés aux termes de l’article 368(2) du Code pénal (insulte au président), très similaire au 367(2) (diffamation du président) utilisé par le passé pour réprimer les critiques légitimes du gouvernement. Dans sa résolution sur la persécution de la presse en Biélorussie (Résolution 1372), le Conseil de l’Europe a condamné l’usage de l’article 367 pour soumettre des journalistes à l’emprisonnement et au travail forcé en raison de critiques du président ou des représentants de l’État.

Amnesty International, considérant que ces deux personnes étaient des prisonniers d’opinion, a fait campagne pour leur libération. Des membres d’Amnesty International et d’autres personnes ont envoyé de nombreux appels aux autorités biélorusses pour demander la libération de ces deux prisonniers de conscience ; des musiciens célèbres se sont associés à eux : Ievgeniï Fiodorov du groupe Tequila jazz, Boris Grebenchikov d’Aquarium, Sergueï Chnourov de Leningrad, et Alexandre Vassiliev de Spleen, qui se sont tous joints à la campagne.

Alexandre Vassiliev a été libéré le 7 juillet 2005 à la faveur d’une amnistie décrétée par le président Loukachenko afin de commémorer la fin de la Seconde guerre mondiale. Valeriï Levonevskiï a purgé l’intégralité de ses deux années de prison et a été libéré ce 1undi 15 mai.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse