Communiqué de presse

Chine. Des Tibétains s’immolent par le feu, ce qui témoigne d’un « niveau accru de désespérance »

En apprenant qu’une nonne tibétaine de 20 ans, Tenzin Wangmo, s’est immolée par le feu et est décédée lundi 17 octobre, près du monastère de Kirti, dans le district d’Aba (Ngaba), dans la province du Sichuan, Amnesty International a déclaré :

« Il s’agit de la neuvième personne tibétaine qui décide de s’immoler par le feu au cours des derniers mois, ce qui témoigne de la désespérance croissante qui s’empare des Tibétains face à la répression qu’exerce le gouvernement chinois contre leur culture et leur liberté religieuse, a indiqué Sam Zarifi, directeur du programme Asie-Pacifique d’Amnesty International.

« Les autorités chinoises doivent prêter attention aux revendications des Tibétains, qui souhaitent pratiquer leur religion et vivre leur culture librement. Au lieu de cela, elles recourent à des méthodes brutales qui ne peuvent qu’aggraver la situation et nourrir le ressentiment de la population.

Le gouvernement chinois réagit aux manifestations en procédant à des arrestations massives – 300 moines du monastère de Kirti ont notamment été interpellés –, à des disparitions forcées, à des incarcérations, à la « rééducation patriotique » des moines et à des homicides présumés imputables aux forces de sécurité. »

« La présence massive des forces de sécurité dans ces régions entretient un climat déjà tendu. Les personnes incarcérées pour avoir manifesté pacifiquement doivent être libérées sans délai », a conclu Sam Zarifi.
Le monastère de Kirti se trouve à Aba (Ngaba), dans une région tibétaine de la province du Sichuan, où les Tibétains ont manifesté à plusieurs reprises pour dénoncer la privation de leurs droits religieux et culturels. Un huitième moine du monastère de Nyitse s’est immolé par le feu dans la préfecture autonome tibétaine de Garzê (Ganzi), qui fait partie de la province du Sichuan.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse