Communiqué de presse

Déclaration conjointe sur les négociations de Genève II

« Le gouvernement syrien rencontre pour la première fois des représentants de l’opposition syrienne, à l’occasion de ce qui constituera, nous l’espérons, un premier pas vers une paix durable.

Pendant ce temps, des millions de Syriens déplacés connaissent leur deuxième hiver loin de chez eux. La moitié du pays dépend désormais de l’aide humanitaire, et des millions de personnes ne bénéficient toujours pas d’une assistance pourtant vitale. La maladie et la famine se propagent de manière effrénée dans certaines zones. La situation actuelle est inacceptable et défie les normes en vigueur dans le monde civilisé.

Parvenir à un accord de paix sera difficile ; en revanche, s’engager à faire le nécessaire pour que l’aide humanitaire parvienne à tous ceux qui ont en besoin ne devrait pas l’être.

En tant que coalition de quelques-unes des principales organisations humanitaires et de défense des droits humains dans le monde, nous demandons à la communauté internationale de se mobiliser en faveur du peuple syrien, qui traverse la pire crise humanitaire de notre époque.

La réputation des Nations unies et des États membres du Conseil de sécurité est menacée, à moins qu’ils ne se montrent suffisamment déterminés et responsables pour mettre fin à la crise. Il convient de prendre des mesures d’ici là pour que l’aide humanitaire parvienne rapidement à ceux qui en ont besoin. »

Signataires :

Salil Shetty, secrétaire général d’Amnesty International
Helene Gayle, directrice générale de CARE USA
Ken Roth, directeur exécutif de Human Rights Watch
Neal Keny-Guyer, directeur général de Mercy Corps
Winnie Byanyima, directrice générale d’Oxfam International
Jasmine Whitbread, directrice générale de Save the Children International
Kevin Jenkins, président de World Vision

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse