Des milliers de personnes livrées à elles-mêmes dans des conditions « épouvantables » sur une île italienne

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

30 mars 2011

Index AI : PRE01/169/2011

Des milliers de personnes, dont beaucoup ont quitté l’Afrique du Nord à la suite des troubles récents, sont bloquées sur l’île italienne de Lampedusa dans des conditions épouvantables, a déclaré mercredi 30 mars une délégation d’Amnesty International présente sur cette île.

La délégation d’Amnesty International a porté ce jugement sans équivoque alors que le Premier ministre italien, Silvio Berlusconi, venait de s’engager « à évacuer Lampedusa d’ici 48 à 60 heures ».

Il y a actuellement environ 6 000 ressortissants étrangers sur l’île ; la plupart viennent de Tunisie.

« Le gouvernement italien doit immédiatement réagir à la crise humanitaire résultant de son incapacité à organiser dans les meilleurs délais des transferts réguliers de Lampedusa vers des centres d’accueil en Italie continentale », a déclaré Anneliese Baldaccini, qui fait partie des délégués d’Amnesty International sur l’île.

Près de 22 000 personnes sont arrivées à Lampedusa ces dernières semaines ; un grand nombre ont été évacuées vers d’autres régions d’Italie.

À Lampedusa, Amnesty International a constaté que beaucoup ne bénéficient pas de l’assistance requise pour satisfaire leurs besoins humanitaires les plus fondamentaux (abris, soins médicaux, nattes, couvertures et accès à des installations sanitaires), des milliers de personnes continuant à dormir dehors.

Les opérations de filtrage individuel destinées à déterminer les besoins potentiels en matière de protection n’ont par ailleurs pas du tout tenu le choc.

« Les besoins de toutes les personnes arrivant en Italie doivent être évalués de manière adéquate, et ces gens doivent pouvoir accéder à des procédures d’asile équitables et efficaces, chose impossible en raison du chaos qui règne à Lampedusa », a ajouté Anneliese Baldaccini.

« Par ailleurs, les autorités italiennes ne doivent pas tenir pour acquis que les personnes arrivant à Lampedusa sont des migrants économiques. »

Les autorités italiennes ont annoncé qu’elles préparaient le transfert imminent vers d’autres zones d’Italie de tous les ressortissants étrangers se trouvant encore à Lampedusa.

Amnesty International les a exhortées à préciser où les personnes en question seront emmenées, ainsi que le statut juridique des centres qui doivent les accueillir.

« Les autorités italiennes doivent honorer leurs obligations en matière de droits humains. Cela suppose de répondre aux besoins les plus pressants de ces personnes et de suspendre tout projet visant à procéder à des expulsions collectives », a conclu Anneliese Baldaccini.

Voir aussi :
Q&A : North Africa migrants in Italy

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.