ÉGYPTE : Amnesty International est préoccupée par la répression d’une manifestation pacifique au Caire par les forces de sécurité

Index AI : MDE 12/009/2006

DÉCLARATION PUBLIQUE

Amnesty International est vivement préoccupée par le fait que ce jeudi 11 mai au Caire des policiers antiémeutes ont violemment dispersé des centaines de personnes qui manifestaient pacifiquement leur soutien à deux juges renommés faisant l’objet d’une mesure disciplinaire pour avoir critiqué les élections législatives de l’année dernière.
Selon certaines informations, des policiers antiémeutes aidés d’hommes en civil ont eu recours à une force excessive contre les manifestants, les frappant à coups de matraque et procédant à d’autres attaques. Ces faits ont eu lieu alors que les manifestants se dirigeaient vers le bâtiment du conseil où les magistrats Mahmoud Mekki et Hisham Bastawisi devaient comparaître pour avoir affirmé publiquement qu’il y avait eu de la fraude et d’autres irrégularités lors des élections.

Dix manifestants ont été arrêtés et plusieurs journalistes qui voulaient couvrir les événements ont été détenus pendant une courte période. Un cameraman travaillant pour Al Jazira aurait été agressé par des policiers, qui lui auraient pris son matériel.

Lors d’une première comparution des deux magistrats devant le conseil de discipline le 27 avril, la police avait également bouclé la zone entourant le bâtiment où devait avoir lieu l’audience et eu recours à la force contre des manifestants pacifiques (voir la déclaration publique Égypte : Les mesures disciplinaires à l’encontre de juges constituent une menace pour l’indépendance judiciaire (index AI : MDE 12/007/2006, 28 avril 2006, http://web.amnesty.org/library/index/framde120072006).

L’audience avait alors été ajournée jusqu’à ce jeudi 11 mai pour permettre aux avocats de la défense d’examiner les éléments retenus contre les magistrats. Les deux juges ont refusé de se rendre à l’audience d’aujourd’hui pour protester contre les mesures prises pour empêcher ceux qui voulaient leur manifester leur solidarité d’être présents. Le conseil a reporté l’audience d’une semaine encore.

Amnesty International appelle les autorités égyptiennes à diligenter une enquête indépendante sur les informations faisant état d’un recours excessif à la force de la part de la police, et à veiller à ce que tout agent de l’État soupçonné de violation des droits humains soit tenu de rendre des comptes.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse