Communiqué de presse

Émirats arabes unis - Un prisonnier d’opinion qatari torturé et condamné à sept ans d’emprisonnement

Les autorités des Émirats arabes unis doivent immédiatement annuler la peine de sept années d’emprisonnement à laquelle un médecin qatari a été condamné ce lundi 3 mars 2014 à l’issue d’un procès manifestement inique, a déclaré Amnesty International.

Arrêté il y a plus d’un an du fait de ses liens présumés avec les Frères musulmans, Mahmoud Abdulrahman al Jaidah a été torturé et maltraité en détention. Tout contact avec un conseil lui a été refusé durant sa détention secrète, et pendant son jugement ses communications avec un avocat étaient restreintes, ce qui constitue une violation flagrante des normes internationales relatives à l’équité des procès. Il n’a pas le droit d’interjeter appel.

« La condamnation prononcée aujourd’hui à l’encontre de Mahmoud al Jaidah est scandaleuse. C’est une mascarade, qui vide de tout son sens l’affirmation des Émirats qui prétendent être un pays progressiste et respectueux des droits humains. Mahmoud al Jaidah a été arrêté sans mandat, il a eu les yeux bandés et il a été détenu à l’isolement avant d’être, à plusieurs reprises, torturé et autrement maltraité. Il a été forcé de signer des documents qu’il n’a pas été autorisé à lire  », a dit Said Boumedouha, directeur adjoint du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International.

Il est l’une des nombreuses personnes que les autorités des Émirats arabes unis ont injustement emprisonnées durant l’année écoulée du fait de leurs opinions et de leurs liens supposés avec les Frères musulmans en Égypte ou avec Al Islah (Association pour la réforme et l’orientation sociale), un groupe créé en toute légalité en 1974 aux Émirats et engagé dans des débats sociaux et politiques pacifiques.

« Les éléments de preuve à charge sont faibles et de nombreux vices ont entaché son procès. Les poursuites engagées contre lui étaient motivées par des considérations politiques. Il est la dernière victime en date du système judiciaire des Émirats arabes unis, qui se caractérise par de nombreuses déficiences. Sa condamnation doit être annulée et il doit être remis immédiatement en liberté, sans condition. Il faut mettre un terme aux procès inéquitables qui se succèdent aux Émirats  », a déclaré Said Boumedouha.

Alors que Mahmoud Abdulrahman al Jaidah était détenu, les enquêteurs qui l’interrogeaient ont menacé de lui arracher les ongles et de le suspendre la tête en bas jusqu’à ce qu’il meure. Il a aussi été violemment frappé au visage et sur les pieds, privé de sommeil et exposé en permanence à des lumières vives.

« Le traitement infligé à Mahmoud al Jaidah en détention était épouvantable. Les autorités n’ont pris aucune mesure pour enquêter sur ces allégations. Une investigation indépendante sur ces mauvais traitements s’impose, et les responsables doivent être traduits en justice », a ajouté Said Boumedouha.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.