États-Unis : Une mesure qui s’attaque aux demandeurs d’asile victimes d’acteurs non gouvernementaux

WASHINGTON, DC - Le procureur général des États-Unis, Jeff Sessions, a annoncé lundi 11 juin une décision radicale qui sera préjudiciable pour les personnes en quête de sécurité. Celle-ci aura de profondes conséquences car elle anéantit la possibilité pour les personnes fuyant les persécutions infligées par des acteurs non gouvernementaux de porter leurs affaires devant la justice aux États-Unis.

Parmi les personnes concernées figurent les victimes de violence au sein de leur foyer ou aux mains de bandes criminelles.

Denise Bell, spécialiste des droits des réfugiés et des migrants à Amnesty International États-Unis, a déclaré :

« Depuis le début, ce gouvernement fait clairement comprendre qu’il entend fermer nos frontières aux personnes qui fuient les persécutions. Cette décision cruelle pousse encore plus loin les attaques incessantes contre les demandeurs d’asile en visant spécifiquement les personnes qui tentent d’échapper à la violence domestique ou à celle des bandes criminelles.

« Dans quel monde les États-Unis tournent-ils le dos à des personnes qui ont connu la persécution, le traumatisme et la détresse extrême lors de violences au sein de leur foyer ou aux mains de bandes criminelles ? Les familles en quête de sécurité méritent notre compassion. Pourtant, le procureur général Sessions claque la porte au nez de ceux qui essaient de reconstruire leur vie.

« La décision d’aujourd’hui est une attaque directe contre les personnes qui cherchent une protection, en particulier les familles qui fuient les persécutions en Amérique centrale.  »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.