Communiqué de presse

France. Davos : Les mesures de lutte contre le terrorisme récemment annoncées mettent les droits humains en péril

Au moment où le président François Hollande va intervenir à Davos à la suite des attentats de Paris, dont celui contre Charlie Hebdo, Amnesty International souligne que les lois antiterroristes envisagées actuellement risquent de violer la liberté d’expression et d’autres droits humains.

Le Premier ministre Manuel Valls a présenté mercredi 21 janvier de nouvelles mesures antiterroristes consistant notamment à criminaliser la diffamation et l’insulte, et à bloquer sans autorisation judiciaire les sites Internet qui incitent à des actes terroristes ou en font l’apologie.

« Après les terribles attentats de Paris, il est d’une importance vitale que la réaction de la France soit pondérée et que ce pays ne revoie pas à la baisse des droits humains obtenus au prix de combats ardus. Nous devons trouver un équilibre permettant de défendre la liberté et la sécurité sans commettre simultanément des violations de ces droits » , a déclaré Salil Shetty, secrétaire général d’Amnesty International.

« La diffamation et l’insulte doivent continuer à relever de la législation sur la presse et non être intégrées dans le Code pénal, où des garanties importantes destinées à protéger la liberté d’expression ne s’appliqueraient plus. Par ailleurs, il ne faut pas que les autorités puissent bloquer les sites Internet sur la base d’une définition floue des contenus à proscrire, sans supervision judiciaire. Les attentats de Paris ont montré à quel point la liberté d’expression comptait pour des millions de personnes, en France et dans le monde entier. Ce n’est pas le moment d’écorner ce droit si précieux. »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse