GUATÉMALA : Le directeur d’une organisation de défense des droits des enfants est en instance de jugement

Index AI : AMR 34/001/2004
ÉFAI

Mercredi 21 janvier 2004

DÉCLARATION PUBLIQUE

Amnesty International a exprimé ce mercredi 21 janvier 2004 sa vive inquiétude quant au fait que le défenseur des droits humains Bruce Harris faisait l’objet de poursuites pénales liées à des allégations de diffamation. Le directeur de Casa Alianza, organisation de défense des droits des enfants connue et respectée, doit être jugé le 22 janvier 2004. S’il est reconnu coupable des faits qui lui sont reprochés, Bruce Harris encourra une peine pouvant aller jusqu’à cinq ans d’emprisonnement.

Amnesty International craint que cette affaire ne montre que les inculpations pour diffamation contre ceux qui dénoncent les atteintes aux droits humains et soulèvent des problèmes de société au Guatémala ne sont finalement qu’une nouvelle forme de persécution des défenseurs des droits humains. Entre 2000 et 2003, Amnesty International a fait état d’au moins 18 défenseurs des droits humains guatémaltèques victimes d’homicide.

Les lois réprimant la diffamation ont fréquemment été utilisées par les gouvernements autoritaires de certains pays du continent américain pour intimider et faire taire les détracteurs et les opposants d’un gouvernement, et dissuader les militants des droits humains de poursuivre leurs recherches sur les violations et de diffuser des informations à ce sujet. Amnesty International regrette que ces pratiques semblent se poursuivre au Guatémala.

Toutes les infos

Infos liées

M. Borsus, dites non aux ventes d’armes à l’Arabie saoudite

Les armes vendues par la Région wallonne à des pays violant sans le moindre scrupule les droits humains font couler du sang innocent. Cela doit cesser. Signez notre pétition