Hamid Babaei est libre !

Amnesty International se réjouit de la libération, survenue ce mardi soir, d’Hamid Babaei, le doctorant iranien de l’ULiège emprisonné dans son pays depuis 2013, après avoir purgé la peine de six ans à laquelle il avait été condamné.

« Pour le simple fait d’avoir refusé d’espionner ses compatriotes en Belgique, Hamid Babaei a passé six ans en prison dans des conditions parfois extrêmement difficiles, qui ont impacté sa santé physique et mentale. Il n’aurait jamais dû passer un seul jour en détention », explique Philippe Hensmans, directeur de la section belge francophone d’Amnesty International.

Durant ses six années d’emprisonnement, Hamid Babaei a bénéficié d’un soutien exceptionnel en Belgique, notamment des groupes locaux d’Amnesty International, de nombreux étudiant·e·s, des recteurs des universités belges francophones et de plusieurs communes de Bruxelles et de Wallonie, dont certaines l’ont officiellement « adopté ».

« Nous pensons également à son épouse, Cobra Parsajoo, doctorante à l’ULB, qui l’a toujours soutenu et s’est mobilisée pacifiquement pour sa libération. Elle a d’ailleurs été condamnée à 6 mois de prison avec sursis pour cela. Nous appelons maintenant les autorités iraniennes à permettre à Hamid, ainsi qu’à sa femme, d’enfin mener leurs vies comme ils l’entendent », explique encore Philippe Hensmans.

Amnesty International reste par ailleurs extrêmement inquiète de la situation d’Ahmadreza Djalali, l’enseignant invité de la VUB, condamné à la peine de mort en Iran et victime de disparition forcée depuis huit jours, ainsi que de celle de plusieurs défenseur·e·s de droits humains et/ou prisonnier·e·s d’opinion – dont Nasrin Sotoudeh, Amirsalar Davoudi, Narges Mohammadi, etc. – persécuté·e·s par les autorités iraniennes.

Complément d’information

Hamid Babaei a été arrêté à Téhéran le 13 août 2013. Il est alors accusé « d’atteinte à la sécurité nationale par la communication avec des États hostiles [la Belgique] » et condamné le 21 décembre de la même année à six ans d’emprisonnement.

Plusieurs pétitions ont été lancées par Amnesty International dès 2014 (plus de 55 000 signatures ont en tout été récoltées en Belgique francophone) et de nombreuses initiatives ont été prises au cours des six années de détention d’Hamid Babaei : conférences, concerts, manifestations, marches aux flambeaux, collectes de lettres et de messages de solidarité…

Toutes les infos
Toutes les actions

Hong Kong : gazés, agressés et arrêtés pour avoir manifesté

Violences policières lors de manifestations à Hong Kong. Amnesty estime qu’il s’agit de violation du droit international. Signez notre pétition !