Honduras : Lettre ouverte au président sur le déploiement des forces armées

Le gouvernement du Honduras doit éviter tout recours excessif à la force et garantir le respect des droits humains dans le cadre des mouvements de protestation sociale, a déclaré Amnesty International le 21 juin dans une lettre ouverte adressée au président Juan Orlando Hernández.

« Amnesty International a reçu des informations très inquiétantes faisant état d’un usage aveugle de gaz lacrymogènes, d’armes à feu et de matraques de la part des forces de sécurité, qui ont ainsi infligé des blessures à plusieurs dizaines de personnes, ainsi que de la mort de deux personnes au moins et de l’arrestation et du placement en détention de manifestants et de passants, a déclaré Erika Guevara Rosas, directrice du programme Amériques à Amnesty International.
 

« Les autorités du Honduras doivent cesser de recourir à la violence et à la répression. Nous exhortons le gouvernement de Juan Orlando Hernández à garantir les droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique, et à limiter l’usage de la force au minimum nécessaire et veiller à ce qu’il soit proportionné à la situation, afin d’éviter d’autres blessures et d’autres morts. »
 
Dans la lettre ouverte adressée au président hondurien, Amnesty International se dit préoccupée par la décision du Conseil national de sécurité en date du 20 juin 2019 concernant le déploiement des forces armées, de la police et des services de renseignement en réaction à la poursuite des mouvements de protestation. Cette décision pourrait conduire à une intensification du recours excessif à la force contre celles et ceux qui participent aux manifestations qui ont débuté il y a trois mois et qui ont été déclenchées par l’adoption de réformes sur l’éducation et la santé.
 

« Nous rappelons au président Juan Orlando Hernández qu’aux termes du droit international, les forces armées ne doivent pas participer aux activités liées à la sécurité interne, et encore moins restreindre ou violer le droit de manifester pacifiquement » a déclaré Erika Guevara Rosas

Le Comité de Familiares de Detenidos Desaparecidos en Honduras (COFADEH, Comité des familles de détenus disparus au Honduras) a signalé que plus de 60 personnes ont été blessées entre le 29 avril et le 4 juin 2019. Selon des statistiques officielles, 19 personnes ont été blessées lors des manifestations du mercredi 19 juin, 16 d’entre elles par arme à feu. De plus, il a été signalé que deux personnes ont été tuées, une par arme à feu et l’autre d’une manière non précisée.

Toutes les infos
Toutes les actions

Violences faites aux femmes : la Belgique doit respecter ses obligations

En Belgique, les femmes subissent encore de nombreuses violences. Signez pour demander au gouvernement belge et aux entités fédérées à assurer un profond changement de pratiques.