IRAK. Il faut une enquête indépendante sur une attaque meurtrière lancée depuis un hélicoptère américain

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

ÉFAI-7 avril 2010

Amnesty International a demandé qu’une enquête indépendante, exhaustive et impartiale soit menée sur l’attaque en hélicoptère du 12 juillet 2007 qui apparaît sur une vidéo secrète de l’armée américaine venant d’être divulguée. Une dizaine de personnes, dont un journaliste et son chauffeur, avaient été tuées.

La vidéo de 39 minutes divulguée lundi 5 avril par le site Wikileaks comporte des images tournées à bord d’un hélicoptère de combat accompagnées de la bande son des conversations entre les pilotes qui ouvrent le feu sur un groupe d’hommes, dont deux semblent armés, marchant sur une place dans l’est de Bagdad. On voit également que les tirs se poursuivent sur une camionnette qui vient sans doute pour évacuer les blessés et les morts. Deux enfants ont été blessés lors du raid.

«  Cette vidéo est très préoccupante parce qu’elle semble indiquer qu’après la première attaque les soldats américains ont ouvert le feu sur des personnes venues aider un homme blessé, blessant deux enfants et tuant plusieurs autres personnes, a déclaré Malcolm Smart, directeur du programme Afrique du Nord et Moyen-Orient d’Amnesty International.

« Ces images troublantes ne doivent pas être visualisées ou jugées indépendamment du contexte, de ce qui se passait alors aux environs. Il faut que les autorités américaines diffusent toute autre information ou image susceptible d’éclairer cette affaire ; il faut de réelles investigations pour déterminer si les forces américaines ont respecté les règles du droit international humanitaire et ont pris les précautions qui s’imposaient pour épargner les civils. »

Amnesty International demande que les événements qui apparaissent sur la vidéo fassent l’objet d’une enquête indépendante et que les victimes éventuelles de violations du droit international humanitaire bénéficient de réparations.

Une enquête menée par l’armée américaine sur cette attaque a conclu que les règles d’engagement appropriées avaient été suivies, bien que des civils se trouvaient parmi les personnes tuées et blessées.

Wikileaks a indiqué que le photographe de Reuters Namir Noor-Eldeen, âgé de 22 ans, et son assistant et chauffeur Saeed Chmagh, âgé de 40 ans, se trouvaient parmi les personnes visées sur la place et qu’ils avaient été tués.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse