IRAK La violence doit cesser et le droit doit l’emporter

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Amnesty International condamne l’utilisation qui est actuellement faite des
civils, considérés comme une simple monnaie d’échange dans un Irak toujours
en proie à l’instabilité politique.

« Les attaques contre les civils constituent autant d’atteintes au droit
international, voire des crimes contre l’humanité », a déclaré Amnesty
International. « Les groupes armés doivent relâcher tous les otages qu’ils
détiennent et s’abstenir d’enlever des personnes ou de s’en prendre aux
civils. »

Un groupe armé se faisant appeler « L’Armée islamique secrète » retient
actuellement au moins sept otages, dont trois Indiens, trois Kényans et un
Égyptien. Ce groupe menace de décapiter l’un de ses otages indiens d’ici 15
heures TU vendredi si l’entreprise koweïtienne qui l’emploie ne quitte pas
le pays.

Un autre groupe, baptisé l’« Escadron de la mort de la résistance irakienne
 », a enlevé jeudi quatre travailleurs jordaniens. Ce groupe a déclaré qu’il
prendrait « les mesures qui s’imposent » si l’entreprise qui les emploie
n’interrompait pas sa collaboration avec les forces de États-Unis. Deux
chauffeurs de camion syriens, travaillant pour la même entreprise, auraient
été enlevés le même jour. Un autre groupe militant a capturé un chauffeur
somalien et menaçait de le décapiter si son employeur koweïtien ne mettait
pas un terme à ses activités en Irak jeudi.

Deux otages pakistanais ont été exécutés mercredi, leur employeur ayant
refusé de quitter le pays.

Soixante-dix personnes au moins, dont une majorité de civils, ont été tuées,
et de nombreuses autres blessées, lors d’un attentat suicide perpétré
mercredi à Baqubah. Un homme, au volant d’une voiture bourrée d’explosifs, a
jeté son véhicule sur un groupe de personnes qui faisaient la queue, dans
l’espoir d’obtenir du travail, devant un commissariat de cette ville, située
au nord de Bagdad. Une vingtaine de victimes ont été tuées alors qu’elles
passaient à proximité à bord d’un autobus.

Des centaines de civils sont déjà morts, victimes d’attentats aveugles ou
les visant directement, perpétrés par des groupes armés. De nombreux
ressortissants étrangers travaillant en Irak ont été enlevés ces derniers
mois. Huit d’entre eux au moins ont été exécutés par leurs ravisseurs. Les
groupes armés responsables menacent de tuer tous leurs otages si les
entreprises qui les emploient, ou les pays dont ils sont citoyens, ne
quittent pas l’Irak.

« Amnesty International réitère son appel aux groupes armés, pour qu’ils
cessent de tuer des civils, pour qu’ils s’abstiennent de perpétrer des
attentats aveugles dans des secteurs à forte densité de population, et pour
qu’ils respectent les normes minima définies par le droit international
humanitaire, ainsi que les principes de justice et d’humanité. »

L’organisation de défense des droits humains prie également instamment les
groupes armés de mettre immédiatement un terme aux enlèvements, ainsi qu’à
la torture, aux mauvais traitements et aux exécutions de leurs otages.

Le gouvernement intérimaire irakien doit traduire en justice les
responsables de tels actes.

Index AI : MDE 14/041/2004
ÉFAI

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.