IRAK : Les civils continuent de payer le prix fort

Index AI : MDE 14/013/2004
ÉFAI

Mercredi 14 avril 2004

DÉCLARATION PUBLIQUE

Amnesty International reste profondément préoccupée par le tribut de plus en plus lourd payé par les civils en Irak. Au moins 600 personnes sont mortes après les récents affrontements qui ont opposé les forces de la coalition aux insurgés dans la ville de Fallouja ; la moitié serait des civils - parmi lesquels se trouveraient beaucoup de femmes et d’enfants. Des milliers de personnes, cherchant à se mettre en sécurité, ont fui la ville depuis qu’un cessez-le-feu a été proclamé.

« Les civils continuent de payer un lourd tribut. Cette tragédie doit cesser et les responsables des morts de civils doivent avoir à rendre compte de leurs actes, a déclaré Amnesty International.

« Il est clair, d’après les récents évènements de Fallouja, que les parties au conflit n’ont pas respecté les règles du droit international humanitaire. Une enquête approfondie, indépendante et impartiale est nécessaire maintenant », a déclaré Amnesty International.

On craint que la trêve ne dure pas et que la population de Fallouja se retrouve encore une fois prise au piège des combats et confrontée à une crise humanitaire.

Complément d’information

Les combats ont débuté à Fallouja lorsque des marines américains ont encerclé la ville et lancé plusieurs opérations militaires le 5 avril pour tenter d’arrêter les responsables de la mort de quatre agents de sécurité américains dont les corps ont été brûlés et mutilés le 31 mars.

Après plusieurs jours de combats, un cessez-le-feu a été proclamé le 11 avril et des négociations ont débuté entre des représentants du Conseil gouvernant irakien, des dirigeants religieux et des représentants de la ville de Fallouja.

Des milliers de personnes résidant à Fallouja ont fui la ville, beaucoup en direction de Bagdad. Lors d’un point presse le 13 avril, le HCR a annoncé avoir mis 3 500 couvertures, 1 200 matelas, du matériel médical d’urgence (pouvant couvrir les besoins de plus de 50 000 personnes) et un certain nombre d’autres équipements à la disposition des personnes déplacées de Fallouja à Bagdad.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse