IRAK : Toutes les parties doivent protéger les civils - des enquêtes impartiales et indépendantes sont nécessaires

Index AI : MDE 14/011/2004

Jeudi 8 avril 2004

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Amnesty International a appelé ce jeudi 8 avril 2004 les forces de la coalition et les insurgés armés en Irak à faire tout leur possible pour protéger les civils pris dans l’escalade des combats dans les villes du pays.

« Les pertes en vies humaines qui se sont produites ces derniers jours en Irak sont tragiques et inacceptables. Les parties au conflit doivent prendre immédiatement toutes les mesures nécessaires pour protéger les civils en Irak, conformément aux règles du droit international humanitaire, a déclaré Amnesty International.

« Des enquêtes indépendantes et impartiales doivent être menées sur les violations graves des droits humains, notamment sur toute exécution illégale de civils et les présumés responsables doivent être jugés selon des critères conformes au droit international. »

En tant que puissances occupantes, les forces de la coalition ont pour responsabilité première d’assurer la sécurité et le bien-être de la population irakienne. Les groupes armés ont également l’obligation de respecter les principes fondamentaux du droit international humanitaire.

Complément d’information

Au cours de ces derniers jours, les combats qui se sont intensifiés entre les forces de la coalition et un certain nombre d’individus et de groupes armés opposés à l’occupation ont causé la mort de dizaines de civils dans des villes irakiennes, notamment à Bagdad, Falloudja, Ramadi, Amarah, Kerbala, Kout et Nassirya.

Selon certaines informations, au moins 200 Irakiens et plus de 30 soldats de la coalition auraient été tués. Il y aurait des dizaines de civils parmi les tués.

Depuis le 4 avril, de nombreux affrontements ont eu lieu entre les forces de la coalition et des individus armés appartenant à « l’Armée de Mehdi », formée de partisans du chef religieux radical chiite, Moqtada al Sadr, dans les quartiers à dominante chiite de Bagdad, ainsi que dans des villes du sud du pays, notamment Amarah, Kout, Kerbala, Nassirya et Bassorah.

Le mercredi 7 avril, l’armée américaine a bombardé un complexe abritant une mosquée à Falloudja, d’où des hommes armés auraient tiré sur les forces américaines. Selon certaines informations, environ 40 Irakiens auraient été tués, bien que l’armée américaine affirme qu’aucune victime civile ne soit à déplorer. D’autres évènements ont été signalés, comme l’intervention des forces de la coalition le 7 avril à al Huwayja, où huit manifestants auraient été abattus ou encore la chute d’un missile, tiré par un hélicoptère américain, sur une maison de Falloudja le 6 avril au soir, qui aurait fait 25 morts.

Les heurts impliquant « l’Armée de Mehdi » se sont produits après la fermeture, la semaine dernière, du journal al Hawza al Natiqa, émanation du groupe de Moqtada al Sadr et l’arrestation de Mustafa al Yaiqubi, l’un des plus proches alliés du chef religieux chiite, en lien avec l’assassinat à Nadjaf en avril 2003 de Abd al Majid al Khoie, autre religieux chiite bien connu. Le journal avait été fermé sur ordre de l’ambassadeur Paul Bremer, chef de l’Autorité provisoire de la coalition, pour incitation à la violence.

L’armée américaine a lancé plusieurs opérations d’envergure à Ramadi et Falloudja après la mise à mort de quatre agents de sécurité américains dont les corps ont été brûlés et mutilés par des insurgés la semaine dernière.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.