IRAN. Suspendre la condamnation à mort par lapidation de Sakineh Mohammadi Ashtiani n’est pas suffisant

8 septembre 2010

Amnesty International se félicite de ce qu’un représentant de l’État iranien ait annoncé la suspension provisoire de la condamnation à mort par lapidation de Sakineh Mohammadi Ashtiani, mais exhorte les autorités à annuler définitivement la sentence capitale prononcée à son encontre.

« Cette mesure demeure insuffisante, a déclaré Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International.

« Nous espérons qu’il ne s’agit pas seulement d’une manœuvre cynique visant à détourner la critique internationale. En effet, cette suspension provisoire décrétée par le responsable du pouvoir judiciaire peut être levée à tout instant, faisant courir à Sakineh Mohammadi Ashtiani le risque d’être exécutée, en particulier si le réexamen de son cas aboutit à la confirmation de sa peine.

« Les autorités iraniennes doivent immédiatement prendre les mesures qui s’imposent afin de veiller à ce que sa condamnation à mort soit annulée de manière définitive. »

Mercredi 8 septembre 2010, la chaîne publique iranienne Press TV a annoncé que Ramin Mehmanparast, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, avait assuré que l’exécution de Sakineh Mohammadi Ashtiani pour adultère avait été « bloquée ».

Il a également réaffirmé que son dossier faisait l’objet d’un réexamen, ajoutant que « sa peine pour complicité de meurtre allait être fixée ».

Aussi Amnesty International redoute-t-elle que les autorités iraniennes ne s’apprêtent à prononcer de nouvelles inculpations contre Sakineh Mohammadi Ashtiani en lien avec la mort de son mari, Ebrahim Qaderzadeh. Pourtant, son avocat commis d’office avait précédemment assuré à l’organisation qu’elle avait été acquittée de cet homicide.

Amnesty International n’a pas été en mesure d’obtenir les pièces judiciaires ayant trait à l’enquête menée sur ce meurtre.

« En août 2010, Sakineh Mohammadi Ashtiani a été contrainte de faire des " aveux " télévisés, reconnaissant avoir commis l’adultère et participé au meurtre de son époux, a indiqué Hassiba Hadj Sahraoui. Si les autorités judiciaires l’inculpent et la condamnent sur cette base, une autre injustice viendrait s’ajouter à ce qui relève déjà d’une parodie de justice. »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.