ISRAËL ET TERRITOIRES OCCUPÉS - Les groupes armés palestiniens ne doivent pas utiliser d’enfants

Index AI : MDE 15/033/2005

ÉFAI

Amnesty International réitère sa demande aux groupes armés palestiniens de cesser immédiatement d’utiliser des enfants pour des activités armées.

« Les groupes armés palestiniens ne doivent en aucun cas utiliser des enfants pour mener des attaques à main armée ou pour transporter des armes ou d’autres équipements », a déclaré Amnesty International.

Le 22 mai 2005, un enfant palestinien âgé de 15 ans portant des explosifs a été arrêté par l’armée israélienne au point de contrôle militaire de Huwara, à l’entrée de la ville de Naplouse, en Cisjordanie.

C’est la troisième fois cette année que des enfants palestiniens sont arrêtés aux points de contrôle de l’armée israélienne, porteurs d’explosifs ou de munitions. Le 3 février, un enfant de 17 ans a été arrêté au même endroit alors qu’il transportait des balles et des explosifs, et le 27 avril, deux enfants de 15 ans, également porteurs d’armes et d’explosifs, ont été arrêtés à un point de contrôle militaire, à l’entrée de la ville de Jenin, en Cisjordanie.

Plusieurs groupes armés palestiniens, dont les Brigades des martyrs d’al Aqsa, une émanation du parti Fatah dirigeant, le Hamas, le Djihad islamique et le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) utilisent des enfants pour transporter des explosifs et des munitions, mettant ainsi leurs vies en danger. Dans certains cas, ces groupes se sont servi d’enfants pour commettre des attentats suicides.

Le 1er novembre 2004, un Palestinien âgé de 16 ans, originaire de la ville de Naplouse en Cisjordanie, a commis un attentat suicide qui a tué trois civils israéliens sur un marché de Tel Aviv. C’était le plus jeune Palestinien à avoir commis ce genre d’attentat. Le FPLP l’a revendiqué. La famille du garçon a condamné ceux qui ont utilisé leur enfant pour cet attentat.

Les groupes armés palestiniens montrent un mépris constant et absolu pour les droits humains les plus fondamentaux, en particulier le droit à la vie, en visant délibérément des civils israéliens et en utilisant des enfants palestiniens pour des attaques à main armée. Les enfants sont susceptibles d’être manipulés en vue de leur recrutement, ou peuvent être poussés à intégrer des groupes armés pour diverses raisons, comme le désir de venger des parents ou des amis tués par l’armée israélienne.

Ces dernières années, les enfants palestiniens ont payé le plus lourd tribut au conflit et ont été souvent victimes d’attaques israéliennes dans les Territoires occupés. Plus de 600 enfants palestiniens ont été tués et des milliers d’autres ont été blessés par l’armée israélienne lors de ces quatre dernières années et demie [1]. Quelque 25 enfants ont été tués depuis le début de l’année seulement. Des centaines de milliers d’autres ont été empêchés de se rendre à l’école et sont de fait confinés chez eux en raison des barrages et couvre-feu de l’armée israélienne. D’autres sont régulièrement agressés sur le chemin de l’école par des colons israéliens, qui continuent à commettre ces violences dans l’impunité.

Des milliers d’enfants palestiniens ont été arrêtés par l’armée israélienne et des centaines sont actuellement détenus, sous l’inculpation d’infractions liées à la sécurité. De nombreux enfants détenus ont été maltraités ou torturés par les forces israéliennes ; certains, par la contrainte ou sous la pression, sont devenus des « collaborateurs » des services de renseignement israéliens. Ces pratiques des forces israéliennes violent le droit international humanitaire et relatif aux droits humains.

« L’exploitation des enfants, souvent particulièrement vulnérables ou traumatisés, par des forces et des groupes armés doit cesser immédiatement, ainsi que les homicides d’enfants ; les responsables de ces crimes doivent être traduits en justice », a déclaré Amnesty International.

Notes

[1Au cours de la même période, 108 enfants israéliens ont été tués et des centaines d’autres blessés par des groupes armés palestiniens, lors d’attaques visant délibérément des civils israéliens, en Israël et dans les Territoires occupés.

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.