Israël/Territoires palestiniens occupés : Violences policières à l’égard de pacifistes

Jeudi 27 juillet dans l’après-midi, les forces israéliennes ont attaqué des Palestiniens rassemblés pacifiquement à la mosquée al Aqsa, à Jérusalem, pour la première fois depuis qu’Israël a levé les mesures de sécurité imposées récemment sur ce site, selon des membres du personnel d’Amnesty International présents sur place.

« Les forces israéliennes ont commencé à tirer des grenades étourdissantes, du gaz lacrymogène et des balles à pointe mousse sur la foule pacifique qui se trouvait à l’entrée et à l’intérieur du complexe de la mosquée al Aqsa. Cette attaque était visiblement injustifiée. Certains Palestiniens ont répliqué en lançant des bouteilles d’eau vides. D’autres ont commencé à jeter des pierres, a déclaré Magdalena Mughrabi, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord à Amnesty International.

« Recourir à la force de manière excessive et inutile pour disperser un rassemblement pacifique constitue une violation manifeste de l’obligation qui incombe à Israël de faire respecter le droit de réunion pacifique des Palestiniens. Il est urgent que les autorités israéliennes fassent le nécessaire pour contenir leurs forces de sécurité, afin d’éviter que la situation dégénère et de prévenir un nouveau bain de sang. »

Selon la Société du Croissant-Rouge palestinien, au moins 96 Palestiniens ont été blessés dans la mosquée et aux alentours le 27 juillet. Depuis le début des troubles, les forces israéliennes ont tué quatre civils palestiniens et en ont blessé plus de 1 090 lors de manifestations et d’affrontements en Cisjordanie, y compris à Jérusalem.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse