KIRGHIZISTAN : 439 réfugiés ouzbeks transférés en Roumanie, quinze toujours en détention

Action complémentaire de l’action réfugiés "Kirghizistan : Les réfugiés ouzbeks ont besoin de protection". La pétition n’est plus active.

Bonne nouvelle ! Le HCR a achevé, le 29 juillet, le transfert humanitaire par avion vers la Roumanie de 439 Ouzbeks réfugiés au Kirghizistan depuis la répression d’Andijan, en mai dernier. Il s’agit de 425 réfugiés ayant séjourné dans le camp de Sasik et de quatorze des vingt-neuf réfugiés qui étaient détenus par les autorités kirghizes à Osh. Ils ont été transportés par avion dans un premier temps vers Bichkek, au nord du Kirghizistan, puis, dans un second temps vers Timisoara, dans l’ouest de la Roumanie. Après leur arrivée, les réfugiés ont été transférés dans un centre de réception, géré par l’Office national des réfugiés, où ils resteront temporairement en attendant l’aboutissement des procédures de réinstallation dans des pays tiers. Ils se sont dits extrêmement heureux.

Toutefois, Amnesty International reste très préoccupée par le sort de quinze Ouzbeks, toujours détenus à Osh. Certains font l’objet de mandats d’extradition délivrés par les autorités ouzbèkes. Ils risquent d’être renvoyés de force en Ouzbékistan où de graves violations de leurs droits fondamentaux sont à craindre, notamment des actes de torture et autres mauvais traitements.

Pour Amnesty International, tous les quinze ont besoin d’une protection internationale. Douze ont obtenu le statut de réfugiés et trois sont des demandeurs d’asile. Le HCR continue de négocier avec les autorités kirghizes pour obtenir leur libération. Selon l’organisation, onze de ces réfugiés ont d’ores et déjà obtenu l’autorisation de se réinstaller dans des pays tiers.

C’est pourquoi Amnesty International demande aux autorités kirghizes de ne renvoyer de force vers l’Ouzbékistan aucun réfugié ou demandeur d’asile, conformément aux obligations qui sont les leurs au titre du droit international relatif aux droits humains, et de les remettre immédiatement aux soins du HCR.

Pour plus d’informations, vous pouvez lire le rapport « Kyrgyzstan : refugee in need of a safe heaven » disponible à l’adresse http://web.amnesty.org/library/print/ENGEUR580082005. (Index AI : EUR 58/008/2005)

Passez à l’action !

Veuillez écrire aux autorités kirghizes. Vous pouvez vous inspirer des modèles ci-dessous.

[Formule d’appel],

Je vous écris au sujet de la situation des Ouzbeks qui ont fui l’Ouzbékistan suite aux événements d’Andijan et qui se sont réfugiés dans votre pays.

Je me réjouis vivement du transfert aérien humanitaire vers la Roumanie de 439 d’entre eux et de leur future réinstallation dans des pays tiers. Je félicite également la libération de quatorze réfugiés détenus depuis quelques semaines à Osh.

Je reste néanmoins très préoccupé(e) par le sort des quinze Ouzbeks, toujours détenus à Osh. Douze ont obtenu le statut de réfugiés et trois sont des demandeurs d’asile. Ils continuent d’avoir besoin d’une protection internationale.

En renvoyant ces personnes en Ouzbékistan, le Kirghizistan contreviendrait aux obligations qui lui incombent en vertu du droit international, qui interdit le renvoi forcé de toute personne vers un pays ou un territoire où elle risque de faire l’objet de violations de ses droits humains. Cette interdiction est inscrite dans la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés ainsi que de l’article 3 de la Convention contre la torture, auxquelles cet État est partie. De plus, les accords conclus entre les pays de la Communauté des États indépendants (CEI) autorisent le Kirghizistan à refuser une extradition si la personne concernée risque d’être soumise à des violations de ses droits fondamentaux en cas de retour dans son pays d’origine.

Je vous demande par conséquent de veiller à ce que les quinze personnes actuellement détenues à Osh ne soient pas renvoyées de force en Ouzbékistan car elles risqueraient de subir de graves violations de leurs droits humains, notamment des actes de torture ou une condamnation à mort à l’issue d’un procès inique.

Veuillez agréer, [Formule d’appel], l’expression de ma haute considération.

DESTINATAIRES :

Président par intérim : Kurmanbek Bakiev - Dom Pravitelstva, Bishkek 720003, Kirghizistan - Fax : +996 312 21 86 27 - Courriers électroniques : office@mail.gov.kg - Formule d’appel : Monsieur le Président de la République

Procureur général par intérim : Azimbek Beknazarov - General Procuracy - 72 Orozbekov k., Bishkek 720632, Kirghizistan - Fax : +996 312 62 59 65 / 66 54 11 - Courriers électroniques : genproc@bishkek.gov.kg - Formule d’appel : Monsieur le Procureur général

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.