L’aggression contre un journaliste met en danger la liberté de presse

Les autorités du Lesotho doivent diligenter une enquête indépendante et impartiale sur l’agression à l’arme à feu dont a été victime le 9 juillet 2016 le rédacteur en chef du Lesotho Times, Lloyd Mutungamiri, qui a été hospitalisé dans un état critique, a déclaré Amnesty International le 11 juillet.

L’organisation demande aux autorités de déférer à la justice les responsables présumés de cette attaque et de veiller à ce que les journalistes au Lesotho puissent travailler librement et sans avoir à craindre pour leur sécurité. Lloyd Mutungamiri a été blessé par balle quand des individus non identifiés ont tiré sur lui alors qu’il rentrait à son domicile, dans le secteur de Ha Thamae, à Maseru. Il est actuellement soigné au Queen Mamohato Memorial Hospital, à Maseru.

« La très grave agression dont a été victime le rédacteur en chef du Lesotho Times, Lloyd Mutungamiri, est aussi une attaque contre le droit à la liberté d’expression. Les autorités doivent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour faire la lumière sur cette affaire et déférer à la justice les responsables présumés, a déclaré Muleya Mwananyanda, directrice régionale adjointe pour l’Afrique australe à Amnesty International.

« Cette agression à l’arme à feu est particulièrement inquiétante car elle s’inscrit dans le cadre d’une montée des manœuvres de harcèlement et d’intimidation visant ce journal en raison de ses activités de journalisme d’investigation. »

Le 5 juillet 2016, le responsable de publication Basildon Peta a été inculpé de diffamation et de crimen injuria à la suite de la publication par son journal d’un article dans sa rubrique satirique baptisée Scrutator. Cet article tournait en dérision l’influence dont disposerait le général de corps d’armée Tlali Kamoli.

Les journalistes de la rédaction du Lesotho Times craignent pour leur vie depuis l’attaque à l’arme à feu contre Lloyd Mutungamiri. Les autorités n’ont pas mis en place les mesures de protection efficaces qui leur permettraient de continuer de travailler en toute sécurité.

« Cette attaque a de très graves répercussions sur l’indépendance des journalistes, non seulement en ce qui concerne la rédaction du Lesotho Times, mais aussi pour tous les journalistes du pays, et elle va peser lourdement sur le droit dont dispose toute personne de solliciter et obtenir des informations », a déclaré Muleya Mwananyanda.

« Ceux qui cherchent à étouffer par la violence la liberté d’expression ne doivent pas rester impunis. Les autorités doivent agir rapidement pour que justice soit rendue dans cette affaire et pour faire clairement savoir que de tels actes ne sont pas tolérés. »

Complément d’information

Lloyd Mutungamiri a été inculpé de diffamation en septembre 2014 pour avoir divulgué des informations sur la corruption de la police. Il n’est jamais passé en jugement.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées