La Convention des Droits de l’enfant a 20 ans et pourtant...

DECLARATION PUBLIQUE

Bruxelles, le 20 novembre 2009

En ce jour anniversaire de la Convention des Droits de l’enfant, Amnesty International rappelle que partout dans le monde ces droits sont bafoués et que les États qui ont ratifié ce texte manquent à leurs obligations.

 Condamnations à mort et exécutions ;

 Détentions arbitraires et sans jugement ;

 Tortures et mauvais traitements en détention ;

 Esclavage ;

 Manque d’accès à l’eau, aux soins de santé ou à l’éducation dans
les camps de réfugiés ;

 Mutilations génitales féminines et mariages précoces et forcés des petites filles ;

 Ghettoïsation des enfants de minorités Rom ; Etc...

Les enfants vivant dans les zones de conflits sont davantage exposés aux violations de leurs droits fondamentaux et risquent en particulier d’être enrôlés tant dans les armées régulières que dans les milices.

En février 2007, lors de la conférence de Paris « Libérons les enfants soldats », les cinquante-huit Etats participants se sont solennellement engagés à tout faire pour combattre l’utilisation des enfants soldats.

On estime pourtant qu’il y a encore actuellement plus de 240 000 enfants soldats dans le monde, (République démocratique du Congo, Libéria, Sierra Leone, Darfour, Afghanistan, Birmanie, Ouganda,Indonésie, Tchéchénie, ...),

Amnesty International tient à souligner que « LA GUERRE NE VA PAS AUX ENFANTS. »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse