Sri Lanka, Abandon des poursuites concernant le meurtre de Joseph Pararajasingham

Sri Lanka justice

Le député Sivanesathurai Chandrakanthan et quatre autres personnes ont été acquittés dans le cadre de l’affaire de l’assassinat en 2005 du député tamoul Joseph Pararajasingham, le bureau du procureur général ayant annoncé l’abandon des poursuites contre les suspects.

« L’abandon de cette affaire marque un nouveau jalon dans l’incapacité des autorités sri-lankaises à rendre justice pour les crimes commis durant le conflit armé. Le bureau du procureur général n’a fait part d’aucune intention de rouvrir l’enquête sur ce meurtre.

« Les personnes ralliées au gouvernement ne doivent pas continuer de bénéficier de l’impunité pour les atteintes aux droits humains commises par le passé. Sans obligation de rendre des comptes, le Sri Lanka ne pourra jamais tourner la page de ce sombre chapitre de son histoire. Les autorités doivent immédiatement mener une enquête pénale approfondie, efficace et impartiale et traduire en justice les responsables présumés du meurtre de Joseph Pararajasingham.

« Cependant, au regard des faillites répétées des mécanismes nationaux d’obligation de rendre des comptes, nous ne nous faisons pas d’illusions. La communauté internationale doit intervenir en vue de mettre un terme au cycle de l’impunité et de mettre en œuvre l’obligation de rendre des comptes pour les violations des droits humains au Sri Lanka. »

Complément d’information

Le député Joseph Pararajasingam a été abattu alors qu’il assistait à la messe à la cathédrale Sainte-Marie à Batticaloa pour le réveillon de Noël, en 2005. L’une des cinq personnes soupçonnées d’être pénalement responsables de ce meurtre est le député Sivanesathurai Chandrakanthan (alias Pillayan), leader des Tigres de libération du peuple tamoul (TMVP, Tamil Makkal Viduthalai Puligal), parti politique allié au gouvernement. Le Département d’enquêtes criminelles a arrêté Sivanesathurai Chandrakanthan en lien avec ce meurtre en 2015.

En février 2020, le gouvernement sri-lankais a retiré son soutien à la résolution du Conseil des droits de l’homme de l’ONU qui demandait au pays de promouvoir la réconciliation, l’établissement des responsabilités et les droits humains. Amnesty International invite le Conseil des droits de l’homme à créer un nouveau processus ou mécanisme afin de poursuivre les objectifs de la résolution 30/1.

Toutes les infos
Toutes les actions
2021 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit