Le blogueur emprisonné pour avoir joué à Pokémon Go dans une cathédrale

La détention de Rouslan Sokolovski, blogueur russe d’Ekaterinbourg, dans la région de l’Oural, condamné à une peine de deux mois de détention administrative pour avoir posté une vidéo de lui-même jouant à Pokémon Go dans une cathédrale, est une atteinte grotesque à la liberté d’expression, a déclaré Amnesty International.

« Le caractère absurde de l’affaire du blogueur russe incarcéré pour avoir joué à Pokémon Go dans une église met en lumière ce qui se passe lorsque les autorités méprisent à ce point la liberté d’expression. Même si le comportement de Sokolovski peut être perçu par certains comme irrespectueux, les États ne devraient pas incarcérer des citoyens parce qu’ils ont offensé des sensibilités religieuses », a déclaré John Dalhuisen, directeur pour l’Europe et l’Asie centrale à Amnesty International.

Rouslan Sokolovski a été arrêté pour « entrave à la réalisation du droit à la liberté de conscience et de religion et incitation à la haine », le 3 septembre.

Complément d’information

Rouslan Sokolovski a été interpellé au titre de la loi relative au blasphème, adoptée en 2013 en réaction à l’action politique menée par des membres du groupe punk Pussy Riot dans la cathédrale centrale de Moscou. Cette loi, qui érige en infractions les actes violant les sentiments des croyants, constitue un empiètement sur la liberté d’expression en Russie. Rouslan Sokolovski s’est rendu délibérément dans la cathédrale pour jouer à Pokémon Go le 11 août, à la suite d’un avertissement diffusé à la télévision d’État russe de ne pas attraper de Pokémons sur des sites religieux ni à proximité de la frontière, sous peine d’inculpations pénales. S’il est déclaré coupable au titre de la loi sur le blasphème, il encourt jusqu’à cinq ans de prison.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse