Le nouveau combat d’une prisonnière d’opinion

La prisonnière d’opinion Irom Sharmila Chanu a décidé de façon individuelle de mettre un terme le 9 août au jeûne qu’elle mène depuis 16 ans pour manifester son opposition à la Loi relative aux pouvoirs spéciaux des forces armées. Amnesty International Inde appelle les autorités de l’État de Manipur à relâcher immédiatement et sans condition cette militante âgée de 44 ans, et à abandonner toutes les charges retenues contre elle.

Lors d’une audience devant le tribunal de district d’Imphal, Irom Sharmila Chanu a exprimé son intention de mettre un terme au jeûne qu’elle mène et de présenter sa candidature aux élections qui se tiendront au niveau de l’État. S’exprimant devant des médias locaux, Irom Sharmila Chanu a déclaré : « La seule façon de faire changer les choses, c’est d’utiliser le processus électoral. Je me présenterai en tant que candidate indépendante de la circonscription de Malom. Mon unique combat sera d’obtenir la suppression de la Loi sur les pouvoirs spéciaux des forces armées dans cet État. Le 9 août, date de ma prochaine comparution devant le tribunal, je mettrai fin à mon jeûne. »

« Cette décision va faire prendre un nouveau tournant au combat que mène Irom Sharmila Chanu contre la Loi sur les pouvoirs spéciaux des forces armées. Elle intervient en outre alors que la Cour suprême a ordonné que des enquêtes soient ouvertes sur 1528 cas présumés d’exécution extrajudiciaire perpétrés dans l’État de Manipur au cours des deux dernières décennies. Le gouvernement doit à présent faire le nécessaire afin de préparer le terrain pour l’abrogation de la Loi relative aux pouvoirs spéciaux des forces armées », a déclaré Arijit Sen, chef de projet à Amnesty International Inde.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse