Le président syrien laisse passer une opportunité, les pouvoirs instaurés au titre de l’état d’urgence demeurent

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

30 mars 2011

Index AI : PRE01/168/2011

Bachar el Assad, le président syrien, a laissé passer une occasion cruciale de lever l’état d’urgence répressif en place dans son pays dans un discours attendu prononcé mercredi 30 mars tandis que les manifestations se poursuivent.

« En mettant les troubles actuels sur le compte d’une " conspiration " étrangère, le président el Assad ignore les nombreux Syriens appelant courageusement à la réforme », a déclaré Philip Luther, directeur adjoint du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International.

« C’est par ailleurs une tactique de diversion dangereuse. Il devrait faire face au véritable problème : le fait que ses forces de sécurité ont tiré à balles réelles sur des manifestants, en tuant des dizaines au cours du mois écoulé. »

Il était largement pressenti que le discours prononcé par le président syrien mercredi 30 mars annoncerait des projets concernant la levée de l’état d’urgence, en vigueur depuis 50 ans dans le pays.

Au lieu de cela, le président a déclaré que les lois en relation avec l’état d’urgence, les partis politiques et d’autres sujets devaient faire l’objet d’un débat public avant que la question ne soit confiée « aux institutions concernées ».

Il a également affirmé que la Syrie était victime d’une « conspiration » étrangère visant à déstabiliser le pays.

« Si le président el Assad a reconnu le besoin de réforme, sa décision de ne pas aborder de manière frontale la levée de l’état d’urgence a des relents de procrastination, a ajouté Philip Luther. S’il le voulait, il pourrait la proclamer dès demain. »

« Il aurait immédiatement dû ordonner à ses forces de sécurité d’arrêter de recourir à une force injustifiée et annoncer des mesures pour la mise en œuvre de réformes décisives en matière de droits humains.

« Nous sommes en outre préoccupés par les informations selon lesquelles les forces de sécurité ont semble-t-il déjà ouvert le feu sur des personnes à Lattaquié car elles manifestaient contre ce discours. »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées