Le vote du Parlement européen sur les activités de la CIA en Europe, le 14 février, doit marquer le début d’une reconnaissance des responsabilités des États membres

(Bruxelles, le 13 février)

Adoptez ce14 février un rapport qui soit suffisamment fort pour obliger les gouvernements européens à enfin répondre des atteintes aux droits humains qui ont été perpétrées dans le cadre de la lutte contre le terrorisme,
a demandé Amnesty International aux membres du Parlement européen, à la veille d’un vote crucial sur le programme de « restitutions » opéré par la CIA en Europe.

« Le parlement européen n’a habituellement aucune difficulté à condamner d’une seule voix les atteintes aux droits humains commises par d’autres. Demain, nous verrons s’il est également capable de prendre position sur les atteintes aux droits fondamentaux des personnes qui ont été perpétrées en Europe », a déclaré Dick Oosting, directeur du bureau européen d’Amnesty International, depuis Strasbourg, où le vote doit se dérouler.

Certaines tentatives de dernière minute visant à édulcorer le rapport ont été constatées, signe inquiétant de la vulnérabilité du Parlement européen aux intérêts de politique politicienne nationale ou partisane, en dépit du caractère très grave des atteintes perpétrées : enlèvements, torture et disparitions.

« Le Conseil de l’Union européenne n’a même pas reconnu que les « restitutions extraordinaires » constituaient une pratique extrajudiciaire, en violation du droit international. Sans pression suffisante de la part du Parlement européen, il semble peu probable que des gouvernements reconnaissent leur part de responsabilité, a déclaré Dick Oosting.

« Une large majorité est nécessaire pour que le message soit entendu dans les différentes capitales, mais si le texte est trop édulcoré, le Parlement européen ne sera pas crédible lorsqu’il demandera aux différents gouvernements de rendre des comptes »
, a-t-il ajouté.

Ce qui est en jeu, lors du vote du 14 février, est la capacité de l’Europe à réagir face aux pires atteintes aux droits humains commises ces dernières années. Amnesty International considère qu’il est impératif que le Parlement européen insiste pour que :
  des investigations approfondies soient menées de manière appropriée dans tous les pays européens sur les activités illégales de la CIA ;
  des réparations soient accordées aux victimes ;
  des mesures préventives soient prises afin que de telles pratiques ne puissent se reproduire.

Pour obtenir de plus amples informations ou pour toute demande d’interview, veuillez contacter le
Bureau européen d’Amnesty International à Bruxelles
Tél +32-2-5021499
Fax +32-2-5025686
Email : amnestyintl@aieu.be
Site web : http://www.amnesty-eu.org/

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse