Les autorités ukrainiennes doivent libérer un prisonnier d’opinion biélorusse

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

ÉFAI-
12 novembre

Les autorités ukrainiennes doivent libérer immédiatement et sans condition le musicien et militant biélorusse Igor Koktych, qui est détenu depuis plus de deux ans pour avoir exprimé pacifiquement ses convictions, a déclaré Amnesty International.

L’organisation a en outre demandé que cet homme ne soit pas renvoyé de force en Biélorussie, où elle pense qu’il risquerait d’être condamné à mort sur la base d’accusations forgées de toutes pièces.

Amnesty International a précisé qu’elle considérait Igor Koktych comme un prisonnier d’opinion.

Ce dernier est détenu en Ukraine depuis son arrestation, le 25 juin 2007, après que la Biélorussie eut demandé son extradition sur la base d’une accusation sans fondement selon laquelle il aurait commis un meurtre dans ce pays en janvier 2001.

Il est accusé de l’« assassinat aggravé » d’un membre de la famille d’un ami proche, crime passible de la peine capitale, en vertu de l’article 139 du Code pénal biélorusse.

Auparavant, Igor Koktych a été maintenu en détention de janvier 2001 jusqu’à son procès en décembre de la même année. Pendant cette période, il aurait subi des actes de torture et d’autres mauvais traitements. Il aurait notamment été roué de coups et enfermé nu dans une cellule où régnait une température glaciale, et on l’aurait privé des médicaments nécessaires au traitement de l’asthme dont il est atteint, afin de le forcer à « avouer ».

Il a indiqué à Amnesty International que pendant sa détention, le responsable des enquêtes du district de Brest lui avait dit qu’il savait qu’il n’était pas coupable, mais qu’il subissait des pressions de la part de ses supérieurs. Ce fonctionnaire a refusé de répéter ces mots au tribunal.

Après avoir réussi à prouver qu’il se trouvait dans une autre ville au moment du meurtre, Igor Koktych a été acquitté et libéré. Ce jugement a été confirmé par la Cour suprême de Biélorussie le 1er février 2002.

Après sa libération, Igor Koktych est parti en Ukraine, où il a fait les démarches nécessaires pour pouvoir s’y installer et y travailler et a rencontré sa future épouse. En avril 2002, le procureur général de Biélorussie a fait appel du jugement et un nouveau procès s’est ouvert.

Par la suite, la Biélorussie a demandé son extradition et les autorités ukrainiennes l’ont arrêté le 25 juin 2007.

En octobre 2007, Igor Koktych a déposé une requête auprès de la Cour européenne des droits de l’homme afin de contester son extradition vers la Biélorussie et sa détention dans l’attente de celle-ci. Cette instance a demandé au gouvernement ukrainien de ne pas l’extrader avant qu’elle ait examiné son cas.

En Ukraine, Igor Koktych a continué de soutenir activement le candidat de l’opposition à l’élection présidentielle biélorusse de 2006, Alexandre Milinkevitch. Il a réalisé des clips vidéo, conçu des bannières de sites Internet et composé des chansons en soutien à ce candidat.

Il a également créé pour le Mouvement informel de la jeunesse, organisation non déclarée, un site Internet contenant des tracts et des affiches en faveur de l’opposition.

Igor Koktych a demandé le statut de réfugié en Ukraine, mais il a été débouté le 23 octobre 2008. Son avocat fait actuellement appel de cette décision en son nom.

Un certain nombre de traités internationaux relatifs aux droits humains auxquels l’Ukraine est partie interdisent tout renvoi ou extradition d’une personne vers un pays où elle pourrait être condamnée à mort, torturée, soumise à d’autres mauvais traitements ou victime d’autres graves atteintes aux droits humains.

Igor Koktych, qui fait partie du groupe de rock interdit Mlechny Put (Voie lactée), était engagé socialement et politiquement en Biélorussie.

Il était l’un des membres fondateurs d’une organisation de jeunesse financée par l’Église catholique qui avait pour but de réhabiliter les jeunes toxicomanes.

Il a organisé des festivals de rock afin de diffuser le message « Non à la drogue et à la violence ». Lors de ces événements, des drapeaux et slogans de l’opposition étaient exposés.

Il était également un membre actif du mouvement de jeunes opposants Zoubr (dissous depuis) et a participé à plusieurs campagnes politiques.

En 2000, Igor Koktych a tenté de créer une organisation de jeunesse indépendante, le Mouvement informel de la jeunesse, mais les autorités ont refusé de l’enregistrer.

Peu après, le responsable des enquêtes de la police locale est venu à son domicile et, devant des témoins, a déclaré qu’il trouverait une raison de l’arrêter. La police a immédiatement placé Igor Koktych sous surveillance et il a fait l’objet d’interrogatoires, de perquisitions et de poursuites pénales.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.