Lesotho : La liberté d’expression des médias réduite au silence

En réaction à l’arrestation du propriétaire de MoAfrika FM, Candi Ramainoane, à la suite de la fermeture de la station de radio cette semaine, Muleya Mwananyanda, directrice adjointe pour l’Afrique australe à Amnesty International, a déclaré :

« La fermeture de MoAfrika FM et l’arrestation le 15 septembre de son directeur Candi Ramainoane témoignent d’une chasse aux sorcières destinée à harceler et intimider la presse au Lesotho.

« L’accusation de diffamation portée à son encontre, injuste et cynique, adresse un avertissement aux autres propriétaires de médias et journalistes quant aux conséquences auxquelles ils s’exposent en adoptant des positions critiques vis-à-vis du gouvernement.

« Candi Ramainoane doit être libéré immédiatement et sans condition et doit être autorisé à faire son travail. En outre, il faut permettre à MoAfrika FM de reprendre ses programmes sans délai. »

Candi Ramainoane et MoAfrika FM sont pris pour cibles en raison de leur couverture critique des affaires politiques du Lesotho.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.